Yémen

Yémen: évasion du ministre de la Défense

Le général Mahmoud al-Soubeihi, le 6 décembre 2014 à Sanaa.
Le général Mahmoud al-Soubeihi, le 6 décembre 2014 à Sanaa. REUTERS/Mohamed al-Sayaghi

Au Yémen, une évasion fait beaucoup de bruit, celle du ministre de la Défense, Mahmoud al-Soubeihi, qui a réussi à fuir la capitale Sanaa, où l'avait confiné la milice chiite des Houthis qui l'avait nommé président de la haute commission de sécurité, après un coup de force début février.

Publicité

C'est l'histoire d'une évasion rocambolesque. Samedi soir, le ministre de la Défense parvient à tromper la vigilance de ses gardes et s'échappe à bord d'un convoi. Il arrivera aux premières heures de l'aube à Aden, la grande ville portuaire du sud. Non sans mal.

Les Houthis l'ont traqué et ont attaqué le convoi. Quatre membres de sa garde rapprochée ont péri, mais le général est parvenu à semer ses poursuivants et à gagner Aden, capitale du sud du Yémen, où l'attendait le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi.

Lui aussi, le 21 février dernier, avait réussi à tromper la vigilance de ses geôliers. Ce dernier songe même à faire à présent d'Aden la capitale du Yémen. En se rendant maître de Sanaa, la milice chiite des Houthis a dissous le Parlement. La plupart des autres ministres et le Premier ministre sont toujours les otages de la milice chiite.

Le coup de force des Houthis a été farouchement rejeté dans le centre, le sud et le sud-est du pays, où les tribus sunnites empêchent les miliciens chiites d'imposer leur autorité sur leurs régions. Après la fuite de Hadi, plusieurs ambassades de pays du Golfe ont fait savoir qu'elles allaient opérer désormais à partir d'Aden.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail