Accéder au contenu principal
Etats-Unis/Israël

Obama menace Netanyahu d'un réexamen de sa politique au Proche-Orient

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, reçu à la Maison Blanche par Barack Obama, le 30 septembre 2013.
Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, reçu à la Maison Blanche par Barack Obama, le 30 septembre 2013. REUTERS/Jason Reed
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Barack Obama a appelé Benyamin Netanyahu pour le féliciter après sa victoire électorale. Un appel au cours duquel il lui a rappelé son attachement à l'établissement d'un Etat palestinien. Dans le même temps, le leader du Likoud revenait dans un entretien à la chaîne NBC, sur ses propos de campagne, affirmant que son attachement à cette solution n'avait pas changé. Mais ce rétropédalage ne semble pas avoir convaincu la Maison Blanche.

Publicité

Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

Le vainqueur des élections israéliennes a senti la forte réprobation de Washington, après ses déclarations contre l'établissement d'un Etat palestinien pendant la campagne électorale. Il a tenté de rattraper son faux pas dans un entretien accordé à la chaine NBC. « Je ne veux pas une solution à un seul Etat, a-t-il affirmé. Je veux une solution à deux Etats dans une paix durable, mais pour cela le contexte doit changer. »

Un peu tard pour la Maison Blanche, sans doute. Le porte-parole de Barack Obama a brisé un tabou lors de son point de presse quotidien. Josh Earnest, interrogé sur un éventuel changement de stratégie américaine aux Nations unies - où les Etats-Unis opposent un veto à toute résolution qui pourrait gêner Israël -, a affirmé très clairement : « nous sommes en effet dans la position où notre stratégie peut être réévaluée, dans la mesure où le Premier ministre s'est éloigné des engagements pris par Israël. » Les mots ont une importance.

C'est de notoriété publique, les relations entre Barack Obama et Benyamin Netanyahu ne sont pas bonnes, et le président des Etats-Unis a pris le parti de ne pas masquer la brouille. Les désaccords sont profonds, sur un Etat palestinien, et sur les négociations concernant le nucléaire iranien. Deux sujets que Barack Obama a délibérément choisi d'aborder lors de son appel de félicitations.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.