Iran

Iran: «Aucun accord si les sanctions ne sont pas levées le même jour»

Le président iranien Hassan Rohani, photographié le 9 avril 2015 pour la Journée nationale de la technologie nucléaire à Téhéran.
Le président iranien Hassan Rohani, photographié le 9 avril 2015 pour la Journée nationale de la technologie nucléaire à Téhéran. AFP PHOTO / HO / IRANIAN PRESIDENCY

Ce jeudi 9 avril 2015, l'Iran fête sa Journée nationale de la technologie nucléaire. Une célébration annuelle qui prend un relief particulier, une semaine seulement après la conclusion d'un « accord-cadre » à Lausanne semblant ouvrir la voie à un règlement de la crise du programme nucléaire de l'Iran. Le président Rohani s'est exprimé, permettant de constater que les dirigeants iraniens restent prudents et fermes sur leurs positions.

Publicité

« Nous ne signerons aucun accord si les sanctions ne sont pas levées le même jour. » La déclaration est signée Hassan Rohani, ce jeudi 9 avril au matin à Téhéran. Le président iranien met ainsi le doigt sur ce qui reste flou dans le compromis auquel sont parvenus la semaine dernière l'Iran et les puissances qui négocient dans le dossier nucléaire. « Les sanctions seront levées progressivement », entend-on en Occident. « Elles seront levées immédiatement », disent les Iraniens. Un casse-tête pour les négociateurs, censés parvenir à la rédaction de l'accord définitif d'ici au 30 juin.

En cette Journée nationale de la technologie nucléaire, le message du président Rohani est probablement aussi destiné à ceux qui, en Iran, pourraient le soupçonner d'avoir fait d'importantes concessions sans avoir obtenu en échange l'assurance claire de la levée rapide des sanctions qui pèsent sur l'économie du pays. Quant au guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, il s'est exprimé lui aussi ce jeudi, dénonçant les intentions « diaboliques » des Etats-Unis, qui ont publié un texte détaillé à l'issu des discussions de Lausanne, ce qui n'a pas du tout plu aux dirigeants iraniens. « Je ne soutiens pas et je ne m'oppose pas » à l'accord-cadre, a déclaré le guide suprême, qui aura le dernier mot sur un règlement définitif de la crise du nucléaire iranien.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail