Syrie

Syrie: prise de Jisr al-Choughour, bastion du régime dans la province

Les rebelles syriens posent devant les caméras, armes à la main, pour fêter la prise de la ville de Jisr al-Choughour, le 25 avril 2015.
Les rebelles syriens posent devant les caméras, armes à la main, pour fêter la prise de la ville de Jisr al-Choughour, le 25 avril 2015. REUTERS/Ammar Abdullah
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Syrie, la rébellion s'est emparée d'une localité stratégique située dans la province d'Idlib, dans le nord-ouest du pays. La ville de Jisr al-Choughour était considérée comme le dernier bastion du régime syrien dans cette province. A l'issue de violents combats, l'armée syrienne a été contrainte de se replier.

Publicité

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, un réseau proche de l'opposition, ce sont des milliers de combattants rebelles qui ont pris part à l'offensive - des groupes islamistes coalisés autour du Front al-Nosra.

L'OSDH affirme que la ville est désormais entièrement aux mains de la rébellion - information confirmée indirectement par l'agence de presse SANA qui cite une source militaire affirmant que l'armée s'est repliée aux alentours de la localité.

Selon l'OSDH, les soldats auraient exécuté une vingtaine de prisonniers au cours de la retraite. Cette ville de Jisr al-Choughour était l'un des derniers bastions du régime dans la province d'Idlib, et elle est considérée comme une position d'autant plus stratégique qu'elle se trouve à proximité de la frontière avec la Turquie et sur la route menant d'Alep à Lattaquié, le fief du président el-Assad sur le littoral syrien.

En s'emparant totalement de cette localité, la rébellion inflige donc un revers très important au régime syrien, et cela quelques semaines seulement après la chute d'Idlib. C'est le signe sans doute que cette coalition de groupes rebelles en se coordonnant est plus efficace militairement. Mais c'est le signe également de l'usure de l'armée de Bachar el-Assad, épuisée par quatre années de guerre, et cela malgré le soutien du Hezbollah et du régime iranien.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail