Accéder au contenu principal
Etats-Unis / Syrie

Raid américain en Syrie: une «nouvelle claque» pour l’EI

Ashton Carter, le secrétaire américain à la Défense, s'est félicité de la mort d'Abou Sayyaf, le financier du goupe EI.
Ashton Carter, le secrétaire américain à la Défense, s'est félicité de la mort d'Abou Sayyaf, le financier du goupe EI. REUTERS/Jonathan Ernst
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Satisfaction aux Etats-Unis après le raid réussi des forces spéciales contre un haut responsable du groupe Etat islamique. C'était la première opération de ce genre en Syrie, à l'exception d'une tentative manquée l'an dernier pour essayer de délivrer des otages.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

Une « nouvelle claque pour l'Etat islamique », c'est en ces termes que le secrétaire à la Défense Ashton Carter a qualifié l'opération au sol menée par les forces Delta. Selon la Maison Blanche et le Pentagone, Bachar el-Assad n'a pas été prévenu à l'avance. Le raid avait au départ pour objet de s'emparer d'Abou Sayyaf. Mais il a été tué lors d'échanges de tirs avec les forces américaines qui ont fait également une douzaine de morts chez les jihadistes.

D'origine tunisienne, Abou Sayyaf est considéré par les Américains comme le financier de l'organisation, ayant la haute main sur le gaz et le pétrole vendu au noir et qui rapportait un million de dollars par jour à l'EI. « On pourrait le qualifier de directeur financier de l'Etat islamique », a déclaré un responsable américain ayant requis l'anonymat.

Selon notre journaliste David Thomson, spécialistes des mouvances jihadistes, Abou Sayyaf avait en effet une place prépondérante au sein de l'organisation.

La femme d'Abou Sayyaf, qui joue elle-aussi un rôle important au sein du groupe EI, a été capturée et transférée dans une prison irakienne. Les Etats-Unis espèrent obtenir d'elle des renseignements sur les activités du groupe.

Le commando Delta a également récupéré des ordinateurs et des documents qui vont être soigneusement examinés. Mais en dépit de ce succès, le représentant Adam Schiff, de la commission du renseignement, a mis en garde contre un excès d'optimisme, rappelant combien les jihadistes sont rapides à remplacer leurs commandants disparus et leurs sources de financement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.