Qatar

Immigration au Qatar: la kafala toujours en place malgré les promesses

Travailleur migrant au Qatar dans un dortoir pour travailleur immigré. Photographié dans le cadre d'une tournée organisée par le gouvernement sur les sites dans lesquels vivent et travaillent les migrants début mai.
Travailleur migrant au Qatar dans un dortoir pour travailleur immigré. Photographié dans le cadre d'une tournée organisée par le gouvernement sur les sites dans lesquels vivent et travaillent les migrants début mai. Reuters

L’ONG Amnesty International publie ce jeudi un rapport pour rappeler au Qatar qu’il n’a pas tenu ses promesses en matière d’amélioration des droits des ouvriers, et notamment la réforme de la Kafala, ce système qui met tout employé à la merci de son employeur pour changer de travail, sortir du territoire…Une réforme annoncée il y a un an et qui n’a pas eu lieu.

Publicité

avec notre correspondante à Doha, Laxmi Lota

La réforme du parrainage ou Kafala était prévue pour fin 2014 mais il y a quelques jours le ministre qatarien du Travail annonçait qu'il était « sûr à presque 90% que ce système sera aboli cette année !» Le Qatar ne semble donc pas pressé d’effectuer les changements promis.

Dans un communiqué publié ce jeudi l’Emirat se défend : le ministère du Travail évoque le paiement électronique mis en place pour rémunérer les ouvriers en temps et en heure. Mais dans les faits, ces virements de salaires sont dans une phase expérimentale et les retards ou non versement d’argent sont courants.

De même, des logements plus décents sont en construction pour 250 000 personnes, revendique le Qatar. Mais les ouvriers seront bientôt 2,5 millions dans le pays... Le ministère assure aussi avoir augmenté le nombre d’inspecteurs du travail sur les chantiers. Ils sont désormais 294 mais la plupart ne sont pour l’instant absolument pas formés selon une source chargée de conseiller le gouvernement pour une amélioration des conditions de vie des migrants.

Et concernant la réforme du parrainage, il n’y a tout simplement pas une ligne à ce sujet dans le communiqué du ministère du Travail…

La Fédération international de football (Fifa) enfonce le clou

Dans un communiqué de la Fifa, on peut lire que l’instance internationale « continuera d'exhorter les autorités qataries à accomplir les réformes et abolir le système de la Kafala ». En outre, la Fifa se défend en affirmant avoir, « de manière répétée, alerté publiquement et jusqu'aux plus hautes autorités du Qatar sur le fait que des conditions de travail décentes étaient impératives pour tous les travailleurs au Qatar ».

Par ailleurs, la Fifa souligne « qu’aucun des incidents mentionnés dans le rapport ne s'est déroulé sur les sites des stades » et espère que les « standards » imposés aux entreprises collaborant à ces chantiers « soient étendus pour servir de référence dans le pays entier ». La Coupe du monde de football au Qatar en 2022 reste un sujet de polémique.

Selon Amnesty International, qui se base sur des statistiques obtenues auprès des gouvernements de l'Inde et du Népal, les deux plus grands pourvoyeurs de migrants, 441 travailleurs originaires de ces deux pays sont morts au Qatar en 2014. Amnesty ne précise pas les causes des décès.

→ à lire : Travailleurs migrants: les promesses non tenues du Qatar d'Amnesty international

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail