Accéder au contenu principal
Syrie

Syrie: au moins 71 civils tués dans des raids du régime à Alep

Des membres de la défense civile et des résidents à la recherche de survivants après des frappes avec des barils d'explosifs attribuées au régime syrien, à Alep, le 26 mai 2015.
Des membres de la défense civile et des résidents à la recherche de survivants après des frappes avec des barils d'explosifs attribuées au régime syrien, à Alep, le 26 mai 2015. REUTERS/Abdalrhman Ismail
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Syrie, des combats meurtriers continuent dans la province d'Alep. Les hélicoptères du régime syrien ont largué samedi des barils d'explosifs sur des zones rebelles de la province d'Alep, tuant au moins 71 civils, l'un des bilans les plus lourds dans cette région du nord du pays en guerre, selon une ONG.

Publicité

Dans la province d'Alep, les frappes aériennes ont tué 59 civils à Al-Bab, une zone sous contrôle du groupe Etat islamique (EI), et 12 à Al-Chaar, quartier rebelle de la ville d'Alep, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

« Il s'agit d'un des plus grands massacres commis par l'armée de l'air du régime depuis le début de l'année », a dénoncé la Commission générale de la révolution syrienne (CGRS), un réseau de militants couvrant la guerre en Syrie depuis 2011.

Les raids ont notamment ciblé un marché populaire à une heure de grande affluence, selon l'OSDH.

Des raids aux barils d'explosifs

Le régime a souvent recours aux barils d'explosifs qui ont déjà fait quelques centaines de morts dans la province d'Alep depuis le début de l'année. Le recours à cette arme est régulièrement dénoncé par les ONG comme une arme qui tue d'une manière aveugle. Les forces du régime ont commencé en 2013 à larguer sur Alep ces bombes remplies de puissants explosifs et de ferraille.

La ville d'Alep, deuxième ville du pays, est divisée depuis 2012 entre l'est aux mains des insurgés et l'ouest contrôlé par le régime. Mais dans la province, le régime ne contrôle que quelques secteurs, le reste étant aux mains des rebelles et du groupe EI.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.