Accéder au contenu principal
Syrie

Syrie: le groupe Etat islamique perd la ville stratégique de Tal-Abyad

Un char transport de troupes des forces kurdes syriennes à l'entrée de la ville de Tal-Abyad, le 14 juin 2015.
Un char transport de troupes des forces kurdes syriennes à l'entrée de la ville de Tal-Abyad, le 14 juin 2015. REUTERS/Rodi Said
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Les forces kurdes syriennes se sont emparées, ce lundi, de la ville de Tal-Abyad, point de transit entre la Syrie et la Turquie et lieu d'importance pour les jihadistes du groupe Etat islamique (EI), dont le fief de Raqqa est ainsi menacé d'asphyxie.

Publicité

Les forces kurdes syriennes viennent de porter un rude coup aux jihadistes de l’EI, car en s’emparant de la ville de Tal-Abyad, ils coupent une importante voie de transit d’armes et de combattants depuis la Turquie. Ce mardi, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) affirmait que la cité était « entièrement sous le contrôle des combattants kurdes. »

La journée d'hier a été une suite de succès pour les Unités de protection du peuple kurde (YPG). Appuyés par des groupes rebelles et aidés par les frappes aériennes de la coalition emmenée par les Etats-Unis, les Kurdes sont ainsi parvenus, aux premières heures, à couper la route menant de Tal-Abyad à Raqqa, à 86 km de là, la ville syrienne considérée comme le QG de l’organisation Etat islamique.

Puis plus tard, ces mêmes forces ont investi la partie syrienne du poste-frontière (Akçakale du côté turc) avant de prendre position dans toute la ville.

Désastre humanitaire

L’offensive des YPG sur Tal-Abyad a débuté le 11 juin dernier et les combats ont jeté sur les routes près de 20 000 civils tentant de gagner la Turquie. Celle-ci leur a un temps fermé ses frontières avant de permettre leur passage dimanche soir, puis lundi midi.

Tall Abyad était « stratégique [pour l'EI] car c'est une ville frontalière où peuvent transiter l'équipement, les recrues et autres » à destination de Raqqa, précise à l'AFP Charlie Winter, spécialiste du jihadisme à la Fondation Quilliam à Londres.

Une perte qui pousserait les jihadistes à trouver un autre point d'accès sur la frontière turque. Ce week-end, les rebelles ont repoussé des éléments de l'EI du village d'Al-Bal, dans la province d'Alep, a affirmé l'OSDH, à une dizaine de kilomètres du poste-frontière de Bab al-Salama.

(avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.