Accéder au contenu principal
Israël / Justice

Israël: la justice demande une inflexion de la loi sur l'immigration

Contrôle d’identité de migrants africains par la police de l’immigration israélienne dans les rues de Tel Aviv, le 11 juin 2012.
Contrôle d’identité de migrants africains par la police de l’immigration israélienne dans les rues de Tel Aviv, le 11 juin 2012. REUTERS/Baz Ratner
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Israël, La Haute Cour de justice a de nouveau statué sur une loi contre l’immigration clandestine. Elle autorise les autorités à emprisonner les clandestins, mais réclame des périodes de détention moins longues. Le sujet est sensible, la loi avait été retoquée deux fois par le passé, parce que jugée inhumaine.

Publicité

Avec notre correspondante à Jérusalem, Murielle Paradon

Les immigrés arrivés clandestinement en Israël pourront toujours être emprisonnés. La Haute Cour de justice valide donc en partie la loi sur l’immigration clandestine du gouvernement. Elle juge en revanche les périodes de détention actuelles « inconstitutionnelles ». Les clandestins peuvent passer jusqu’à 20 mois dans une prison semi-ouverte en plein désert, le centre de Holot, où les conditions de vie sont jugées très difficiles par les associations de droits de l’Homme.

Le gouvernement devra donc revoir sa copie et réduire les temps de détention. C’est la troisième fois que la justice réclame une modification de la loi sur l’immigration illégale, à chaque fois jugée trop sévère envers les clandestins.

Ils seraient environ 42 000 à vivre en Israël, la plupart d’origine soudanaise et érythréenne. Ces Africains réclament le droit d’asile, qui leur est très rarement accordé. Après une période de détention, nombre d’entre eux sont forcés de quitter le territoire israélien.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.