Un juge américain demande 10 millions à l’Autorité palestinienne

Un combattant masqué des Brigades des martyrs d'al-Aqsa, la branche armée du Fatah palestinien, en 2002.
Un combattant masqué des Brigades des martyrs d'al-Aqsa, la branche armée du Fatah palestinien, en 2002. AFP PHOTO/Fayez NURELDINE
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Un juge fédéral américain a réclamé lundi une caution de 10 millions de dollars à l’Autorité palestinienne et à l'OLP pour leur éviter d'avoir à payer dès maintenant des centaines de millions de dollars de compensation aux victimes américaines de plusieurs attentats commis en Israël entre 2002 et 2004.

Publicité

Avec notre correspondant à New York,  Jean-Louis Pourtet

En début d’année, un jury de New York a estimé que l'Autorité palestinienne et l'Organisation de libération de la Palestine étaient responsables de six attentats commis entre 2002 et 2004 sur le sol israélien, des attaques qui avaient fait 30 morts et 390 blessés, parmi lesquels des citoyens américains. Selon les douze jurés américains, qui ont rendu une décision unanime le 23 février dernier, l’OLP et l’Autorité palestinienne sont coupable d’avoir soutenu financièrement les auteurs de ces attentats : des militants du Hamas ou des Brigades des martyrs d'al-Aqsa, la branche armée du Fatah, principale force au sein de l’OLP.

Les jurés new-yorkais avaient alors condamné l'OLP et l'Autorité palestinienne au versement de 218,5 millions de dollars de compensation aux victimes américaines et à leurs proches. En vertu des lois des Etats-Unis sur l'antiterrorisme, ce montant a été automatiquement triplé, pour atteindre 655 millions de dollars (567 millions d’euros).

Un million de dollar supplémentaire chaque mois

L'Autorité palestinienne a fait appel de cette décision. Mais lundi, le juge fédéral George Daniels a réclamé le paiement d’une caution de 10 millions de dollars (8,6 millions d’euros), en attendant le procès. Une caution qui doit être versée au plus tard le 23 septembre. Après cela, Autorité palestinienne et OLP devront verser un million de dollars par mois, jusqu’au procès.

Pour les Palestiniens, le montant est trop élevé au regard des moyens dont ils disposent. Pour les plaignants américains, ce n’est pas assez. Shurat Hadin, une organisation basée en Israël, qui défend les familles de victimes d'attentats, a qualifié cette décision de justice américaine de « parodie ».

« Nouveau facteur de déstabilisation »

L'Autorité a finalement accepté le montant, qui aurait pu être beaucoup plus élevé si elle n'avait eu l'assistance d'un avocat inattendu : l'administration Obama. Le ministère de la Justice, puis Anthony Blinken, le secrétaire d'Etat adjoint, avaient demandé au juge Daniels de prendre en considération la situation financière précaire de l'Autorité palestinienne avant de réclamer une caution. Le gouvernement américain s'inquiète en effet de la santé financière et budgétaire de l'Autorité, qui reste son interlocuteur dans le processus de paix. « Sa chute ébranlerait la politique étrangère des Etats-Unis et ajouterait un nouveau facteur de déstabilisation dans la région », selon Anthony Blinken.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail