Accéder au contenu principal
Jordanie / Syrie

Jordanie: les réfugiés syriens commencent à partir faute d'aides

Le camp d'Azraq, où se trouvent ces enfants, est le deuxième plus grand camp de réfugiés syriens en Jordanie. Ici le 19 août 2015. Il accueille quelque 21 000 réfugiés.
Le camp d'Azraq, où se trouvent ces enfants, est le deuxième plus grand camp de réfugiés syriens en Jordanie. Ici le 19 août 2015. Il accueille quelque 21 000 réfugiés. REUTERS/Muhammad Hamed
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Des milliers de Syriens quittent la Jordanie pour retourner en Syrie. Ce mois de septembre, le Programme alimentaire mondial (PAM) ne peut plus distribuer de coupons de nourriture pour les quelque 500 000 réfugiés syriens qui ne vivent pas dans les deux camps de réfugiés en Jordanie et pour beaucoup il sera alors impossible de survivre. Ils étaient 60 à quitter la Jordanie en juillet chaque jour, en août ils sont 120 par jour et les chiffres augmentent.

Publicité

Avec notre correspondante à Amman, Angélique Ferat

Oum Khaled va partir. Elle vit avec ses deux filles, son fils et son mari, à Zarqa, une banlieue pauvre d'Amman. La famille s'est inscrite auprès de la police jordanienne et un matin ils prendront un bus qui les ramènera à la frontière. Ils n'ont plus les moyens de vivre en Jordanie.

« La vie est difficile en Jordanie. Il n'y a pas d'aide ou presque, explique Oum Khaled. En septembre,, ils vont arrêter de nous donner les coupons de nourriture. Il n y a pas moyen de travailler légalement. Mon neveu a été arrêté par les inspecteurs du travail et ils vont le déporter on ne sait pas où. On ne peut pas payer les loyers, l'électricité ou l'eau, on ne peut pas vivre ici. C'est mieux de rentrer ».

La plupart des réfugiés syriens, 85%, ne vivent pas dans les camps et les programmes d'aide sont de plus en plus restreints. En juillet, Jonathan Campbell, coordinateur de l'urgence du PAM en Jordanie expliquait à RFI que son organisation n'avait pas d’argent pour le mois d’août pour donner aux gens en dehors des camps et qu'après août, il n'y aurait pas non plus d'argent pour les gens dans les camps.

Andrew Harper, le représentant du Haut-commissariat aux réfugiés en Jordanie regrette ces retours vers des zones en guerre. « On est presque en septembre et nos programmes 2015 sont financés à 35%. Il faut comprendre : si les réfugiés ne sont pas aidés ici en Jordanie, ils vont soit devenir encore plus pauvres, soit retourner en Syrie soit encore chercher à émigrer ».

660 000 Syriens sont réfugiés en Jordanie mais désormais ils ne sont plus que quelques dizaines chaque jour à entrer dans le royaume hachémite.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.