Accéder au contenu principal
Israël

Rentrée: grève illimitée dans les écoles chrétiennes d'Israël

La grève touche aussi Nazareth, où des centaines de chrétiens se sont réunis sous la basilique de l'Annonciation mardi 1er septembre.
La grève touche aussi Nazareth, où des centaines de chrétiens se sont réunis sous la basilique de l'Annonciation mardi 1er septembre. AFP PHOTO / AHMAD GHARABLI
Texte par : RFI Suivre
2 mn

C'est la rentrée des classes en Israël. Deux millions d'élèves retournent à l'école ce mercredi 2 septembre. Sauf dans les établissements chrétiens. La direction des écoles de la Custodie a en effet décidé de protester contre une baisse de ses financements par le gouvernement israélien. Quelque 33 000 élèves chrétiens et musulmans seront privés d'école jusqu'à ce que le gouvernement cède, promet le directeur de cette institution. Les écoles réclament une égalité de traitement avec les écoles juives.

Publicité

Avec notre envoyé spécial de retour de Ramla,  Nicolas Ropert

Pas un enfant dans la cour de l'école Terra Santa de Ramleh. Sur la grille d'entrée, un message à l'intention des parents a été accroché. A cause de la baisse des subventions, de l'ordre de 45 %, les établissements chrétiens sont en grève illimitée.

Le père Abdel Massih Fahim, directeur de l'établissement et des écoles de la Custodie de Terre sainte, accuse le gouvernement israélien d'abandon.

« Les familles de nos élèves vivent dans des conditions moyennes ou difficiles, confie-t-il. Elles ne peuvent pas payer davantage. Mais elles paient par ailleurs des impôts au gouvernement, qui prévoit que chaque élève a le droit d'étudier où il le désire. »

Ancien élève de l'école Terra Santa, Rami Saba est aujourd'hui avocat à Ramleh. Il comprend et soutient ce mouvement de grève. Ce n'est pas aux parents de payer plus si le gouvernement israélien se désengage des écoles chrétiennes, estime-t-il.

« La grève est une étape nécessaire. Cela devait arriver, parce que les discriminations dont sont victimes les écoles chrétiennes ne sont pas nouvelles. C'est peut-être un danger pour la scolarité des enfants, mais nous devons prendre ce risque. Nous sommes prêts à faire ces sacrifices », juge Rami Saba.

Le président israélien Reuven Rivlin doit rencontrer jeudi le pape François à Rome. Les chrétiens d'Israël espèrent que le souverain pontife saura jouer de son influence pour résoudre au plus vite ce différend.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.