Accéder au contenu principal
Yémen

Yémen: retour sur une année de conflit

Des bombardements de l'armée saoudienne ont tué au moins 6 personnes dans la capitale Sanaa, le 19 septembre 2015.
Des bombardements de l'armée saoudienne ont tué au moins 6 personnes dans la capitale Sanaa, le 19 septembre 2015. REUTERS/Mohamed al-Sayaghi
Texte par : RFI Suivre
2 mn

C'était il y a un an jour pour jour, les rebelles houthis du Yémen prenaient d'assaut la capitale Sanaa, marquant le début d'une campagne militaire qui allait amener les rebelles houtis jusqu'à la grande ville d'Aden dans le sud du pays et entrainer la fuite du gouvernement. Depuis la rébellion a dû reculer face à ses adversaires soutenus par l'Arabie Saoudite mais elle continue de contrôler la capitale yéménite malgré les bombardements de la coalition.

Publicité

C'est à l'issue d'une offensive éclair, que la rébellion houthie parvient à s'emparer le 21 septembre 2014 de la capitale yéménite. Les rebelles venus du Nord se sont alliés à l'ancien président Ali Abdalla Saleh, et vont bénéficier du soutien d'une partie de l'armée yéménite. En quelques mois, ils atteignent la ville d'Aden, et obligent le président Hadi et son gouvernement à s'exiler.

Pour éviter de voir la rébellion chiite s'emparer de l'ensemble du pays, l'Arabie Saoudite décide alors d'intervenir directement avec le soutien direct d'une dizaine de pays arabes. Durant l'été, les frappes aériennes permettent aux troupes loyalistes de reprendre Aden et de repousser les Houthis vers le Nord. C'est à présent vers Sanaa, que les efforts de l'Arabie Saoudite et de ses alliés se concentrent. Mais face à la résistance opposée par les rebelles, la coalition se voit contrainte pour la première fois d'engager des troupes et des blindés sur le sol yéménite.

Tout espoir de solution diplomatique semble s'éloigner malgré les efforts des Nations unies. Quant à la population prise en étau dans ce conflit meurtrier, elle continue à payer un très lourd tribut : chaque jour, les bombardements et les combats font plusieurs dizaines de morts, dont un très grand nombre de civils.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.