Accéder au contenu principal
Syrie / Jordanie / Arabie saoudite

Les pays du Golfe n'ouvrent pas leurs portes aux réfugiés syriens

Plus de 500 000 Syriens sont réfugiés en Jordanie. Parmi eux, de nombreux enfants. Ici, au camp de Zaatari, près de Mafrak.
Plus de 500 000 Syriens sont réfugiés en Jordanie. Parmi eux, de nombreux enfants. Ici, au camp de Zaatari, près de Mafrak. AFP PHOTO/KHALIL MAZRAAWI
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Épinglés par les organisations des droits de l'homme, critiqués par leurs propres citoyens, les pays du Golfe sont pourtant toujours aussi réticents à ouvrir leurs portes aux 4 millions de réfugiés syriens qui sont dans les pays limitrophes. La polémique enfle depuis plusieurs semaines et a poussé l'Arabie saoudite à se justifier en assurant avoir accueilli près d'un million de Syriens.

Publicité

Avec notre correspondante à Amman,  Angélique Ferrat

Les pays du Golfe n'ont pas signé la Convention internationale sur les réfugiés. L'Arabie saoudite, Bahreïn, le Qatar ou les Emirats arabes unis n'ont donc pas l'obligation d'accueillir les réfugiés syriens. S'ils ont bel et bien autorisé l'entrée de Syriens sur leur territoire depuis 2011, c'était essentiellement pour travailler. Mais pour ceux qui travaillent dans le Golfe, le regroupement familial n'est pas la règle. Ainsi, certaines familles vivent en Jordanie alors que le père syrien réside en Arabie saoudite.

« Grand comme quatre pays européens »

Cette grand-mère de 70 ans a six garçons, qui travaillent et vivent tous au Koweït depuis plus de dix ans. Sa demande de visa a été rejetée sept fois en deux ans. Elle est coincée en Jordanie : « J'ai vécu au Koweït pendant 30 ans. Mes six enfants sont nés là-bas, mais depuis le début de la révolution, (Koweït City) arrête même la circulation des bus et des camions entre le Koweït et la Syrie via l'Arabie saoudite. La superficie de l'Arabie saoudite, c'est grand comme quatre pays européens. Ils pourraient accueillir des gens au lieu de les laisser partir vers l'Europe. Ils ne donnent même pas de carte de résidence. »

Pour se défendre, les pays du Golfe mettent en avant les milliards de dollars donnés à l'aide humanitaire pour la crise syrienne. De leur côté, les critiques soulignent que ces pays financent des groupes rebelles en Syrie : ils ont donc une responsabilité morale envers les réfugiés, estiment-ils.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.