Accéder au contenu principal
France / Syrie

La France a-t-elle procédé à une «exécution extrajudiciaire» en Syrie?

Selon «Le Monde», ce sont les services de renseignements américains qui ont aidé l'armée française à localiser Salim Benghalem.
Selon «Le Monde», ce sont les services de renseignements américains qui ont aidé l'armée française à localiser Salim Benghalem. AFP PHOTO / ECPAD
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Selon le journal Le Monde, l'armée française aurait délibérément visé l'un de ses ressortissants en Syrie. Une « exécution extrajudiciaire » qui aurait eu lieu près de Raqqa, en Syrie, dans la nuit du 8 au 9 octobre dernier, à l'occasion du bombardement d'un camp d'entraînement de l'organisation Etat islamique.

Publicité

« Nos objectifs sont de viser des bâtiments, pas des personnes, et ce camp d'entraînement a été détruit », a réagi l’armée française, contactée par RFI. Selon le journal Le Monde, le bombardement d'un camp d'entraînement de l'organisation Etat islamique début octobre visait bien une personne en particulier.

« Selon nos informations, l’ensemble de l’opération a pourtant été, en grande partie, pensé autour d’un Français, Salim Benghalem, 35 ans, originaire de Cachan (Val-de-Marne), présenté par les services de renseignements comme "le responsable de l’accueil des Français et des francophones au sein de l’Etat islamique" », peut-on lire.

Selon le journal, ce sont les services de renseignement américains qui ont aidé l'armée française à le localiser. Il se serait trouvé dans ce camp d'entraînement, non loin de Raqqa, en Syrie.

C'est là que les mots prennent leur sens. Si c'est Salim Benghalem qui était la cible de ce bombardement, comme l'écrit Le Monde, et non le bâtiment, comme l'explique l'armée, la France aurait ainsi procédé à une exécution extrajudiciaire. Une sorte de frappe préventive, qui ne rentre pas dans le cadre de la « légitime défense collective » invoquée pour justifier les frappes en Syrie. Il aurait alors fallu apporter la preuve que Salim Benghalem constituait une « menace imminente » pour le pays. Ce qui n'a toujours pas été fait.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.