Accéder au contenu principal
Turquie / Russie / Syrie

Turquie: le drone abattu était-il russe?

Issue d'une vidéo, cette photographie montre un drone, abattu par l'armée turque près du village de Deliosman en Turquie, non loin de la frontière syrienne, le 16 octobre 2015.
Issue d'une vidéo, cette photographie montre un drone, abattu par l'armée turque près du village de Deliosman en Turquie, non loin de la frontière syrienne, le 16 octobre 2015. REUTERS/Halil Dogan via Reuters TV
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Turquie, le drone non identifié abattu vendredi dernier par l'armée turque à la frontière syrienne serait de « fabrication russe », selon le Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu. Ce dernier a appelé la Russie à adopter une attitude plus prudente, de manière à ne pas « affecter négativement les relations entre les deux pays ».

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul,  Jérôme Bastion

Bien des mystères entourent encore ce petit drone de rien du tout qui a failli causer une guerre ouverte avec la Russie, le week-end dernier. Heureusement, l'état-major turc, qui avait annoncé la chute de l'appareil, a spécifié n'avoir pas pu identifier son origine, comme les nombreux autres MIG, eux aussi de fabrication russe, qui avaient été accusés les jours précédents d'enfreindre l'espace aérien turc.

Moscou avait démenti, alors que Washington estimait que l'aéronef appartenait probablement à l'armée russe. « De fabrication russe », cela peut vouloir dire qu'il vole pour le compte d'un autre pays ou d'une autre organisation. Cela peut être tout d'abord la Syrie, dont l'essentiel du matériel militaire est russe ; cela peut aussi être l'Iran, également de plus en plus impliqué dans le conflit ; cela peut même être la milice kurde locale, a dit le Premier ministre turc, bien que cette dernière n'utilise pas ce genre de matériel.

On ne saura peut-être jamais qui faisait voler ce petit appareil d'une envergure de deux mètres et demi et qui ne transportait aucun armement. Mais il aura au moins servi pour la Turquie à faire une démonstration de son inflexibilité dans la protection de ses frontières, sans risquer de déclarer la guerre à un ami voire un allié.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.