Yémen

Yémen: la coalition arabe veut briser le siège de Taez

Des combattants loyalistes dans la ville de Taëz (Yémen), dont ils essaient de reprendre le contrôle.
Des combattants loyalistes dans la ville de Taëz (Yémen), dont ils essaient de reprendre le contrôle. REUTERS/Stringer

Desserrer l’étau et « libérer » la troisième ville du pays : tel est l’objectif de la coalition arabe emmenée par l’Arabie saoudite. Les Emirats arabes unis, une des puissances les plus impliquées dans cette entente, a envoyé des chars à Taez afin de briser le siège entrepris par les milices chiites houthies.

Publicité

Selon des sources militaires et des journaux du Golfe, des dizaines de véhicules blindés des Emirats arabes unis ont été vus entrant dans Taez. Le quotidien Gulf News précise également des chars de combat, des véhicules blindés et des munitions ont été livrés à la Résistance populaire qui combat les rebelles chiites houthis et leurs alliés, des éléments restés fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh.

Selon le quotidien émirati The National, les véhicules blindés arrivés à Taëz sont conduits par « des Yéménites » pro-gouvernementaux et « de nouveaux renforts vont venir à Taëz [depuis la province voisine] de Lahj ».

 → A (RE)LIRE : Yémen: une cargaison de MSF bloquée par les Houthis aux portes de Taëz

Des sources militaires yéménites ont pour leur part indiqué à l'AFP que la coalition avait envoyé 30 véhicules militaires, dont des chars de combat, aux forces loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi.

Pourparlers

Cette concentration de forces intervient alors que le médiateur des Nations unies, Ismaïl Ould Cheikh Ahmed, a annoncé jeudi, à l'Agence Fance-Presse, son intention d'organiser des pourparlers de paix entre le gouvernement et les rebelles vers la mi-novembre, probablement à Genève.

Ces mouvements de troupes ont en tout cas déjà fait des victimes : ainsi douze combattants anti-rebelles ont été tués dans une embuscade alors qu'ils se rendaient d’Aden à Taez, ont indiqué ce lundi des sources militaires et des médecins yéménites. Ces hommes faisaient partie d'une force yéménite de 500 hommes envoyés en renfort.

(Avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail