Israël / Territoires palestiniens

Nouvelles attaques à l'arme blanche en Israël et en Cisjordanie

Des soldats israéliens sécurisent la zone où une attaque au couteau a eu lieu le 23 novembre 2015 au matin.
Des soldats israéliens sécurisent la zone où une attaque au couteau a eu lieu le 23 novembre 2015 au matin. REUTERS/Ammar Awad

Trois nouvelles attaques à l'arme blanche ont fait au moins un mort côté israélien, lundi 23 novembre en Israël et en Cisjordanie. Les autorités israéliennes ont renforcé la sécurité et mené des arrestations ces dernières heures.

Publicité

Avec notre correspondante à Jérusalem,  Muriel Paradon

Deux jeunes femmes auraient blessé deux personnes avec des ciseaux ce lundi matin à Jérusalem, avant d'être abattues. Quelques heures plus tard, un Palestinien a tenté de poignarder un Israélien à un carrefour près de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie occupée. Il a été tué par des tirs des forces israéliennes, a indiqué l'armée israélienne.

Un Israélien a par ailleurs été tué dans un autre attentat à l'arme blanche à la lisière de la Cisjordanie en début d'après-midi.

Ce dimanche, une Israélienne avait également été tuée en Cisjordanie, près d'un bloc de colonies. Les violences qui ont commencé début octobre continuent donc.

L'armée israélienne a arrêté une trentaine de Palestiniens la nuit dernière et tôt ce lundi matin dans plusieurs villes de Cisjordanie occupée, notamment à Bethléem, Naplouse, Ramallah et Hébron. La région d'Hébron est une poudrière à cause de la présence de nombreux colons qui occupent le territoire palestinien de manière illégale, selon le droit international. L'armée israélienne a mis en place de nombreux postes de contrôle autour de la ville, ce qui entrave les déplacements de ses habitants.

Elle a par ailleurs interdit l'entrée des Palestiniens au bloc de colonies du Gush Etzion, où plusieurs attaques meurtrières ont eu lieu ces derniers jours. Mais certains colons réclament des mesures encore plus radicales. Ils voudraient notamment bannir les Palestiniens d'une des principales routes de Cisjordanie. De leur côté, les autorités israéliennes sont réticentes. Empêcher des milliers de personnes de sortir et d'aller travailler ne ferait qu'aggraver les violences, a fait savoir récemment le ministre de la Défense.

Benyamin Netanyahu a annoncé un renforcement des mesures de sécurité en Cisjordanie occupée et indiqué que les forces israéliennes avaient carte blanche pour le faire. Concrètement, il s'agira d'un renforcement des contrôles de véhicules palestiniens, de la mise en place d'itinéraires pour les Palestiniens distincts de ceux des colons israéliens et de la suppression des permis de travail en Israël pour les familles des auteurs d'attentats.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail