Accéder au contenu principal
Syrie

La rébellion syrienne évacue Homs sans être inquiétée

Ce 9 décembre a débuté l'évacuation par la rébellion du quartier d’al-Waer dans la ville de Homs.
Ce 9 décembre a débuté l'évacuation par la rébellion du quartier d’al-Waer dans la ville de Homs. REUTERS/Omar Sanadiki TPX IMAGES OF THE DAY
Texte par : RFI Suivre
3 mn

C'est l'aboutissement d'un processus amorcé depuis plusieurs semaines : l'évacuation par la rébellion du quartier d’al-Waer, dans la ville de Homs. Les combattants de la rébellion et leurs familles ont commencé à quitter le quartier dans la matinée. En échange, le régime s'est engagé à ne pas les arrêter et doit leur permettre de se rendre sans être inquiétés, dans le nord du pays, dans les zones encore tenues par la rébellion.

Publicité

Ce sont plusieurs centaines de personnes, des combattants mais aussi des civils, qui ont commencé mercredi matin à évacuer le quartier d’al-Waer le dernier tenu par la rébellion dans la ville de Homs. Au total, quelque 2 000 rebelles et leurs familles auront quitté le quartier à la fin de la semaine prochaine, si tout se déroule comme prévu.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), ils devraient se rendre dans le nord du pays, dans la région d'Idleb, qui est toujours sous le contrôle de la rébellion.

Aide humanitaire

L'accord supervisé par les Nations unies prévoit que les rebelles, avant de quitter Homs, remettent leurs armes lourdes aux autorités syriennes. Un échange de prisonniers est également prévu. Enfin, les civils restés dans le quartier évacué auront désormais accès à une aide humanitaire qui leur manquait cruellement puisque le quartier était assiégé depuis des mois par le régime.

Avec cette évacuation c'est une page qui se tourne, puisque le quartier d’al-Waer était la dernière position tenue par la rébellion dans cette ville de Homs - on se souvient qu'en 2014 un accord similaire avait permis à l'armée syrienne de reprendre position dans la vieille ville de Homs.

Victoire symbolique pour le régime

La ville, au terme de ce processus d'évacuation, sera donc désormais totalement contrôlée par le régime de Bachar el-Assad. Le régime syrien qui ne manquera pas d'en faire une victoire symbolique, puisque la ville de Homs a longtemps été considérée comme le foyer de la révolution syrienne, et l'une des villes emblématiques de la rébellion. Homs avait même été surnommée la capitale de la révolution, au début du conflit en Syrie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.