Accéder au contenu principal
Yémen

Avant les négociations de paix, intensification des combats au Yémen

Patrouille de milicens Houthis dans la région de Sanaa, le 14 décembre 2014.
Patrouille de milicens Houthis dans la région de Sanaa, le 14 décembre 2014. REUTERS/Khaled Abdullah
Texte par : RFI Suivre
2 min

Alors que le gouvernement yéménite du président Hadi et les rebelles Houthis doivent entamer le 15 décembre, à l’invitation des Nations unies, des négociations de paix en Suisse, on apprenait ce lundi matin que deux hauts gradés de la coalition menée par l’Arabie saoudite avaient été tués dans le sud-ouest du pays.

Publicité

Le colonel saoudien Abdallah al-Sahian et l'officier émirati Soltane al-Ketbi ont trouvé la mort « dans l'exercice de leurs fonctions en supervisant les opérations pour la libération de Taëz », troisième ville du Yémen, assiégée depuis des mois par les Houthis, selon un communiqué de la coalition.

Le commandant Abdallah al-Sahian avait été reçu samedi à Aden par le président Abd Rabbo Mansour Hadi. Ce dernier l'avait alors décoré des insignes du Courage, selon l'agence gouvernementale yéménite Saba, citée par l'AFP. Cette agence l'avait alors présenté comme « le commandant des opérations des forces spéciales saoudiennes à Aden ». La mort de l'autre officier, Soltane al-Ketbi, a été annoncée à Abou Dhabi par le commandement général des forces émiraties. Les Emirats arabes unis sont l'un des piliers de la coalition arabe sunnite menée par l'Arabie saoudite au Yémen depuis mars 2015.

Intensification des combats

Le sud-ouest du Yémen, où ont été tués les deux gradés, est le théâtre d’âpres combats entre des forces loyalistes soutenues par une coalition arabe dirigée par Ryad et les rebelles chiites Houthis, selon la coalition. Selon des sources militaires, les combats se sont intensifiés cette fin de semaine dans plusieurs points du pays, alors que des pourparlers de paix doivent s’ouvrir entre représentants du gouvernement yéménite du président Hadi et les rebelles Houthis.

La guerre civile a fait depuis septembre 2014 près de 6 000 tués et 28 000 blessés dont de nombreux civils, selon l’Organisation mondiale de la Santé. Hier, dimanche 13 décembre, l'ONG de défense des droits de l'homme,Human Rights Watchs'est inquiétée des fermetures d'ONG et des arrestations arbitraires d'opposants.

→ A relire : Au Yémen, les rebelles Houthis s’attaquent aux ONG et aux opposants

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.