Accéder au contenu principal
Syrie

Syrie: l’armée resserre l’étau sur Alep avec le soutien de la Russie

De la fumée s'élève de la ville syrienne d'Anadan, à 10 km des localités de Nobbol et Zahraa, dans la province d'Alep, après les bombardements de ce mercredi.
De la fumée s'élève de la ville syrienne d'Anadan, à 10 km des localités de Nobbol et Zahraa, dans la province d'Alep, après les bombardements de ce mercredi. REUTERS/Abdalrhman Ismail
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'armée syrienne a enregistré son plus important succès dans la province d’Alep depuis le début de la guerre, en 2011. Elle a brisé le siège imposé à deux localités fidèles au régime et coupé la route d'approvisionnement des rebelles dans la ville même d’Alep. La France et les Etats-Unis ont fermement condamné cette offensive. Des frappes qui « visent presque exclusivement » les groupes d'opposition et des civils, selon le département d'Etat américain.

Publicité

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

C’est une victoire majeure, acquise en un temps record. Trois jours après le lancement d’une offensive éclair, l’armée gouvernementale syrienne a réalisé deux de ses objectifs au nord de la ville d’Alep. Elle a brisé le siège imposé depuis trois ans et demi aux localités de Nobbol et Zahraa, fidèles au régime, et elle a refermé le chaudron sur les rebelles qui contrôlent la partie est de la ville d’Alep.

A coups de manœuvres de diversion et de contournement, et utilisant une très grande puissance de feu, l’armée syrienne a enfoncé, les unes après les autres, les lignes de défense des rebelles. Simultanément, les défenseurs de Nobbol et Zahraa ont opéré une sortie. La jonction entre les deux forces a fermé la boucle, coupant en deux le nord de la province d’Alep.

La route d'approvisionnement coupée

Résultat : la route d'approvisionnement des rebelles d'Alep vers la Turquie a été coupée. Ils ne peuvent plus recevoir ni renforts, ni ravitaillement. Autre conséquence de cette offensive, les 5 000 combattants aguerris et motivés, qui défendaient Nobbol et Zahraa, encerclés depuis le début du siège, peuvent de nouveau participer à des actions offensives.

Cette évolution dans la province d’Alep renforce sensiblement la position des forces du régime, appuyées par le Hezbollah libanais et l’aviation russe, et affaiblit considérablement les rebelles, soutenus par la Turquie et l’Arabie saoudite.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.