Accéder au contenu principal
Bahreïn

Bahreïn: les opposants dénoncent la poursuite de la répression

Manifestation chiite à Bahreïn le 2 janvier 2016 après l'exécution par l'Arabie saoudite du cheikh Nimr Baqer al-Nimr, défenseur charismatique de la communauté chiite.
Manifestation chiite à Bahreïn le 2 janvier 2016 après l'exécution par l'Arabie saoudite du cheikh Nimr Baqer al-Nimr, défenseur charismatique de la communauté chiite. REUTERS/Hamad I Mohammed
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Alors que Bahreïn organise ce week-end son Grand Prix de Formule 1, l'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International demande aux autorités de ce pays du Golfe de « donner un grand coup de frein » à la répression. Après le soulèvement de 2011 sur fond de printemps arabes, la répression se poursuit à Bahreïn, comme le racontent ces opposants.

Publicité

Farida Ghulam est l'épouse d'un des leaders de l'opposition à Bahreïn, Ibrahim Sharif (du parti WAAD, Alliance pour l'action démocratique nationale), condamné à un an de prison l'année dernière, alors qu'il venait de purger une première peine prononcée en 2011. Ibrahim Sharif est accusé d'avoir voulu renverser le pouvoir, ce que dément son épouse qui dénonce une condamnation politique.

« Il représente une large partie du peuple de Bahreïn qui continue à demander des réformes démocratiques par des moyens pacifiques, témoigne-t-elle. Nous pensons sincèrement que les Bahreïnis sont éduqués, prêts pour la démocratie, ils sont prêts pour le partage du pouvoir. Et si l'on parle de démocratie, cela doit être par le peuple et pour le peuple ; cela ne doit pas être une démocratie décorative, cela doit être vrai. »

A Bahreïn, la majorité de la population est chiite, mais la dynastie au pouvoir sunnite. Un pouvoir qui accuse régulièrement l'Iran (chiite) d'ingérence dans les affaires du royaume, ce que conteste l'opposant bahreïnien Radhi Mussawi (WAAD) : « Quand certains disent que l'opposition est à la solde de l'Iran, nous demandons : la pauvreté, c'est à cause de l'Iran ? Le chômage, c'est à cause de l'Iran ? La crise du logement, c'est à cause de l'Iran ? »

En 2011, les manifestants demandaient l'établissement d'une monarchie constitutionnelle à Bahreïn. Depuis, les organisations internationales de défense des droits de l'homme dénoncent des arrestations politiques, des condamnations disproportionnées et des expulsions de citoyens déchus de leur nationalité.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.