Egypte / France

La mère d'un Français tué au Caire accuse le Quai d'Orsay

François Hollande et le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi (d.) à Riyad, en Arabie saoudite, le 24 janvier 2015.
François Hollande et le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi (d.) à Riyad, en Arabie saoudite, le 24 janvier 2015. REUTERS/Yoan Valat/Pool

Les autorités françaises sont accusées de n'avoir rien fait pour aider la famille d'un ressortissant français tué en Egypte, en 2013, alors qu'il se trouvait en détention dans un commissariat du Caire. A l'occasion de la visite de François Hollande sur le sol égyptien ce dimanche, la famille d'Eric Lang dénonce l'inaction de la diplomatie française dans cette affaire où subsistent de nombreuses zones d'ombre.

Publicité

C'est d'une voix fragile emprunte d'émotion qu'elle évoque les derniers jours de son fils. Le 6 septembre 2013, Eric Lang, 49 ans, est arrêté à un barrage militaire. Il est incarcéré dans un commissariat de la capitale, pour défaut de passeport.

Carole Prost raconte : « J'ai eu le Quai d'Orsay qui m'a dit qu'il était dans une cellule VIP à l'égyptienne mais que tout allait bien. Puis les jours sont passés et je n'ai plus eu de nouvelles. Jusqu'au dimanche 13 où les gendarmes sont venus chez ma fille. Ils n'ont rien dit, ils lui ont tendu un papier où c'était marqué qu'Eric avait été tué. Ça a été un coup terrible ! »

Selon les autorités égyptiennes, Eric Lang a été battu à mort par ses co-détenus, mais cette explication ne suffit pas à la famille de la victime, qui dénonce l'inertie de l'enquête, mais aussi le silence des autorités françaises.

« Ils ont enterré l'affaire, pour moi c'est fini ! Moi, je n'ai plus aucune confiance en François Hollande ou en quiconcque. Pourquoi la France ne fait rien à votre avis ? Parce qu'ils ont trop d'accords. Ils ne vont pas reconnaître publiquement que mon fils a été torturé et tué dans un commissariat égyptien alors qu'ils n'arrêtent pas d'aller en Egypte et d'être très amis avec le gouvernement égyptien. »

Pour la famille d'Eric Lang, l'inertie des autorités françaises contraste douloureusement avec les efforts déployés par l'Italie depuis le meurtre de l'un de ses ressortissants en janvier dernier. Cette semaine, Rome est allé jusqu'à rappeler son ambassadeur au Caire pour dénoncer la lenteur de l'enquête.

Interrogé sur les accusations formulées par la famille d'Eric Lang, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a déclaré cette semaine que « la France est mobilisée à Paris comme au Caire, pour que toute la lumière soit faite sur cette tragédie ». Le Quai d'Orsay ajoute que la France a demandé aux autorités égyptiennes de s'assurer que les responsables de la mort d'Eric Lang seront traduits en justice.

Eric Lang a été libéré le lendemain de son arrestation par un magistrat du parquet et cet ordre de libération n'a pas été appliqué...

Maître Raphaël Kemp

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail