Bahreïn

Bahreïn: le chef spirituel de la majorité chiite déchu de sa nationalité

Le leader chiite Issa Qassem prononçant un discours, à Manama, capitale du Bahreïn, le 10 février 2012.
Le leader chiite Issa Qassem prononçant un discours, à Manama, capitale du Bahreïn, le 10 février 2012. REUTERS/Hamad I Mohammed
Texte par : RFI Suivre
2 mn

A Bahreïn, le principal dignitaire religieux chiite du pays vient d'être déchu de sa nationalité. Une nouvelle illustration de la tension qui règne dans ce royaume de la péninsule arabique où la majorité de la population est chiite, mais où la dynastie au pouvoir est sunnite.

Publicité

Cheikh Issa Qassem est considéré comme le plus haut dignitaire religieux chiite à Bahrein. Imam et prédicateur, il a souvent critiqué la politique du gouvernement lors de ses prêches hebdomadaires.

Dans un communiqué publié ce lundi 20 juin, le ministère bahreïnien de l'Intérieur accuse Cheikh Issa Qassem de servir « des intérêts étrangers » et d'encourager « le confessionnalisme et la violence ». Le dignitaire religieux est déchu de sa nationalité comme l'ont été d'autres opposants avant lui.

Les autorités soupçonnent l'Iran de comploter contre elles

Depuis quelques semaines, la répression s'accentue à Bahreïn. Le principal mouvement d'opposition Al-Wifaq a été suspendu la semaine dernière et son chef, Cheikh Ali Salman, a été condamné en appel à 9 ans de prison le mois dernier. Le défenseur des droits de l'homme Nabil Rajab a été arrêté, il y a quelques jours. A tel point que le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a récemment fait part de son « inquiétude » et de sa « consternation » face à la situation à Bahreïn.

Malgré les critiques, les autorités du royaume répètent qu'elles font face à un complot ourdi par l'Iran chiite qui chercherait à déstabiliser le pays.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail