Accéder au contenu principal
Arabie saoudite

A la Mecque, les pèlerins devront porter un bracelet électronique

Des pèlerins prient dans la Grande Mosquée de la Mecque.
Des pèlerins prient dans la Grande Mosquée de la Mecque. Reuters / Hassan Ali
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Les autorités saoudiennes instaurent de nouvelles mesures de sécurité pour les pèlerins de la Mecque, un an après une bousculade qui a fait près de 2300 victimes. Pilier de l'islam, le hajj (grand pèlerinage) est observé chaque année par des millions de croyants affluant du monde entier. La bousculade meurtrière de l'an dernier n'est pas le premier accident, et Riyad doit faire face à de nombreuses critiques sur sa capacité à gérer un tel événement. Parmi les nouveautés de l'édition 2016, un bracelet électronique sera délivré à chaque pèlerin.

Publicité

Le bracelet électronique contiendra des données personnelles et médicales, qui permettront d'identifier la personne et - si besoin - d'aider les autorités à fournir les soins appropriés. Le bracelet sera connecté au GPS, c'est-à-dire qu'il permettra de géolocaliser les pèlerins.

Parmi les données stockées par ce dispositif, la presse quotidienne évoque la date d'entrée du pèlerin dans le royaume, le numéro de son visa, son adresse et le numéro de son passeport. Le bracelet aura également le mérite de fournir à ceux qui le porte des indications en différentes langues, concernant l'heure des prières et des rituels à observer.

D'autres mesures seront prises comme l'installation d'un millier de nouvelles caméras de surveillance, pour contrôler les mouvements de foule aux abords de la Grande Mosquée. Les autorités se donnent ainsi les moyens de pouvoir intervenir de façon plus efficace en cas de crise.

A (RE)ECOUTER → La sécurité des pèlerins à La Mecque

Avant la bousculade du 24 septembre dernier, la chute d'une grue avait déjà fait une centaine de morts. Les bousculades au moment du rituel de la lapidation des stèles ne sont pas seules en cause, le pèlerinage a aussi connu inondations, incendies et autres épisodes violents, dénoncés au premier chef par les autorités iraniennes.

Le fait qu'un an après la catastrophe de l'an dernier, le bilan oscille toujours entre 700 - chiffre officiel - et plusieurs milliers – selon les données combinées des bilans des gouvernements étrangers -, dénote de véritables failles dans la gestion du pèlerinage. Ce à quoi entend remédier le nouveau dispositif pourvu qu'il fonctionne.

A (RE)LIRE → Plusieurs centaines de morts dans un mouvement de foule à La Mecque

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.