Syrie / Russie

Syrie: les raids russes freinent la contre-offensive rebelle sur Alep

Frappe aérienne de l'armée syrienne sur le quartier de al-Rachidin tenu par les rebelles, à Alep, le 31 juillet 2016.
Frappe aérienne de l'armée syrienne sur le quartier de al-Rachidin tenu par les rebelles, à Alep, le 31 juillet 2016. REUTERS/Ammar Abdullah

Les combats se poursuivent au sud d'Alep, 48 heures après le début de l'offensive lancée par plusieurs groupes de la rébellion. L'objectif est de desserrer l'étau formé par les forces pro-Bachar el-Assad autour des quartiers tenus par les rebelles. Mais cette offensive est ralentie par les bombardements de l'aviation russe.

Publicité

Face aux bombardements effectués par l'aviation russe, les groupes rebelles ont été contraints de reculer et de céder plusieurs des positions conquises à la faveur de l'offensive lancée dimanche.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) qui dispose d'un vaste réseau d'informateurs sur le terrain, le bilan de ces trois journées de combats et de bombardements est très lourd : au moins 50 morts du côté de la rébellion et des dizaines de morts chez les partisans du régime. A cela s'ajoute une trentaine de civils tués par des bombardements rebelles, dans la partie occidentale de la ville, contrôlée par les autorités syriennes.

Des forces en présence considérables

L'enjeu de cette offensive, pour les groupes rebelles et jihadistes qui l'ont lancée, consiste à briser l'encerclement par le régime de la partie orientale de la ville. De part et d'autre, des moyens considérables ont été jetés dans la bataille : les rebelles qui se trouvent à l'intérieur d'Alep sont aidés par une coalition de groupes jihadistes venus de l'extérieur de la ville. Du côté du régime, outre le soutien aérien de la Russie, l'armée de Bachar el-Assad peut compter sur les combattants du Hezbollah libanais. Selon une source militaire syrienne, quelque 5 000 combattants pro-régime sont engagés dans la bataille.

La bataille actuellement en cours au sud d’Alep est l’une des plus violentes depuis le début de la guerre en Syrie, en 2011, souligne notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh. Plus de 10 000 hommes, équipés de centaines de chars et de pièces d’artillerie se battent sur un front de 20 kilomètres. Pour les rebelles, l’objectif principal est de prendre le quartier de Ramoussa, au sud-ouest de la ville. S’ils y parviennent, ils pourront ouvrir une nouvelle voie de ravitaillement vers les quartiers est, assiégés par l’armée gouvernementale. Cela leur permettra aussi de couper la seule voie d’approvisionnement des troupes du régime, à l’ouest d’Alep.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail