Accéder au contenu principal
Yémen

Yémen: les bombardements de la coalition arabe ont repris à Sanaa

Les bombardements de la coalition menée par l'Arabie saoudite ont repris à Sanaa, au Yémen, le 9 août 2016.
Les bombardements de la coalition menée par l'Arabie saoudite ont repris à Sanaa, au Yémen, le 9 août 2016. REUTERS/Khaled Abdullah
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Trois jours après l'échec apparent des pourparlers de paix inter-yéménites, la coalition arabe alliée au pouvoir a mené mardi des raids aériens intensifs dans la région de Sanaa qui ont entraîné la fermeture de l'aéroport de la capitale contrôlée par les rebelles. Dans la capitale, sous contrôle rebelle, 14 personnes ont été tuées dans un raid sur leur usine.

Publicité

C'est la première fois en plus de trois mois que les avions de la coalition, dirigée par l'Arabie saoudite, bombardent des cibles dans la capitale du Yémen, pays ravagé depuis plus d'un an par un conflit meurtrier. Selon le porte-parole de la coalition, le général Ahmed al-Assiri, les raids ont pris pour cibles des objectifs militaires aux alentours de Sanaa. Les premiers raids ont été lancés dans la nuit et les frappes se sont intensifiées mardi 9 août, ont indiqué des habitants de la capitale sous contrôle total des rebelles chiites Houthis depuis janvier 2015.

Le porte-parole des rebelles, Mohammed Abdelsalam, a affirmé sur Facebook que la coalition avait « commis un crime odieux en visant [mardi] matin une fabrique de produits alimentaires au centre de Sanaa », faisant « des morts et des blessés civils, dont des femmes et des enfants ». Des habitants ont indiqué qu'une fabrique de pommes chips, proche d'un centre de maintenance d'équipement de l'armée, avait été touchée. Six corps carbonisés ont été retirés des débris, ont-t-ils affirmé. Le directeur de l'usine, a lui donné un bilan de 16 morts et 10 blessés, ajoutant que toutes les victimes étaient des employés de l'usine. L'usine est située à proximité d'un centre de maintenance d'équipement de l'armée.

L'ONU souhaite la reprise des pourparlers

L'agence Saba, contrôlée par les rebelles, a indiqué qu'outre Sanaa, d'autres régions du pays en guerre avaient été la cible de raids des « agresseurs saoudiens ». La reprise des frappes à Sanaa intervient moins de 72 heures après la « suspension » par l'ONU de négociations de paix qui avaient rassemblé pendant trois mois et demi au Koweït des représentants rebelles et gouvernementaux.

L'ONU table sur une reprise des pourparlers dans un mois et refuse de parler d'échec. Mais les parties campent sur leurs positions. Le gouvernement insiste sur un retrait des rebelles des grandes villes, dont Sanaa. Les Houthis et leurs alliés exigent de participer immédiatement à un gouvernement d'union nationale.

Pour rappel, la guerre au Yémen, qui a fait plus de 6 400 morts et environ 30 000 blessés, sans parler des 2,8 millions de personnes déplacées, oppose les forces loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenues par la coalition militaire arabo-sunnite, aux rebelles Houthis alliés à l'ex-chef de l'Etat Ali Abdallah Saleh et accusés de liens avec l'Iran chiite.

(avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.