Turquie / Syrie

La Turquie prête à appuyer une offensive anti-EI à la frontière syrienne

L'offensive serait menée par les Forces démocratiques syriennes.
L'offensive serait menée par les Forces démocratiques syriennes. REUTERS/Rodi Said

En Turquie, deux villes frontalières de la Syrie ont été visées par des tirs de mortier du groupe Etat islamique ce mardi 23 août, au moment où Ankara semble décidé à soutenir et à accélérer des offensives militaires contre l’organisation jihadiste, mais aussi destinées à stopper les forces kurdes.

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul, Alexandre Billette

Les 10 000 habitants de Karkamis ont été évacués mardi soir. La ville située à la frontière avec la Syrie a été visée plus tôt dans la journée par des tirs de mortier en provenance de la ville syrienne voisine de Jarablos, contrôlée par l'organisation Etat islamique.

Ce mouvement annonce peut-être le début imminent d'une offensive contre cette ville. Menée par les rebelles syriens et appuyée par Ankara, elle aurait certes pour objectif de déloger les jihadistes, mais aussi et surtout de prendre de vitesse les forces kurdes, qui avancent maintenant vers ces positions.

La Turquie semble passer à la vitesse supérieure, notamment depuis l'attentat de Gaziantep samedi soir. Les autorités turques répètent vouloir éradiquer le groupe Etat islamique et empêcher la création d'une entité kurde dans le nord de la Syrie. Cette accélération de l'agenda syrien d'Ankara intervient quelques heures à peine avant l'arrivée en Turquie du vice-président américain Joe Biden.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail