Syrie

Réunion internationale sur la Syrie: la diplomatie patine

Serguei Lavrov, John Kerry et Staffan de Mistura participant à une réunion internationale sur la Syrie, à New York, le 20 septembre 2016.
Serguei Lavrov, John Kerry et Staffan de Mistura participant à une réunion internationale sur la Syrie, à New York, le 20 septembre 2016. REUTERS/Darren Ornitz

La réunion du groupe de soutien sur la Syrie, qui rassemble 23 pays et organisations impliqués à des degrés divers dans le conflit, n’a pas abouti. La trêve initiée par les Russes et les Américains, il y a plus d’une semaine, n’a pas pu être relancée. Pendant que les diplomates s’entretenaient à New York, un déluge de bombes s’est abattu sur Alep signant l’échec de la diplomatie mondiale.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à New YorkAnne Corpet

Après deux heures de discussion, le groupe international de soutien sur la Syrie se sépare sur un constat d’échec. Staffan de Mistura, l’envoyé spécial de l’ONU sur la Syrie résume : « C’était une réunion longue, difficile, douloureuse et décevante ». La réunion coïncide avec l’annonce d’une offensive majeure du régime syrien sur Alep. Russes et Américains continuent de se renvoyer la responsabilité de l’échec de la trêve.

« On ne peut être les seuls à tenter de maintenir la porte ouverte. La Russie et le régime doivent faire leur part ou le processus n’aura aucune chance d’aboutir. La question maintenant est de savoir s’il y a une possibilité de continuer à avancer. Parce qu’il est clair qu’on ne peut continuer sur ce même chemin plus longtemps. (...) Si la Russie démontre son sérieux, nous travaillerons avec l’opposition pour qu’elle cesse de contribuer à l’escalade du conflit. La simple réalité est que nous ne pouvons pas résoudre une crise si une partie refuse de faire le nécessaire pour éviter l’escalade », a notamment déclaré John Kerry.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, voudrait que les négociations sortent du face-à-face russo-américain.

Nous exigeons que l'aviation syrienne reste clouée au sol, sinon il n'y aura pas de trêve

REACTION

Russes et Américains assurent que les discussions vont se poursuivre. Les bombardements devraient également se poursuivre en Syrie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail