Irak

La reconquête de Mossoul au centre de tensions entre l'Irak et la Turquie

Le président turc Recep Tayyp Erdogan a sommé le Premier ministre irakien de «rester à sa place».
Le président turc Recep Tayyp Erdogan a sommé le Premier ministre irakien de «rester à sa place». REUTERS/Murad Sezer
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Washington tente de désamorcer la tension entre deux de ses alliés, la Turquie et l'Irak, dont les dirigeants multiplient les déclarations acerbes. Le rôle d'Ankara dans la bataille qui s'annonce pour reprendre Mossoul, deuxième ville d'Irak aux mains du groupe Etat islamique, est en jeu.

Publicité

« Il est impératif que toutes les parties se coordonnent étroitement [...] afin de vaincre Daesh [acronyme arabe du groupe Etat islamique] ». La déclaration vient du département d'Etat américain qui observe avec inquiétude la brouille entre les dirigeants turcs et irakiens. Les deux pays sont censés participer dans les prochains jours à une offensive décisive contre les jihadistes du groupe Etat islamique.

La Turquie a déployé des forces en Irak et estime avoir des droits historiques sur Mossoul car tout comme la population de la ville, le pays d'Atatürk est majoritairement musulman sunnite. Un facteur déterminant au moment où l'Irak à majorité chiite espère reconquérir son territoire, y compris les régions sunnites où le sentiment de marginalisation de la population a facilité l'implantation du groupe Etat islamique.

Une réunion au Conseil de sécurité de l'ONU

Reste que Bagdad voit d'un très mauvais œil cette présence de forces turques sur son territoire. Le Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi affirme redouter « une guerre régionale » et a même demandé une réunion urgente du Conseil de sécurité de l'ONU sur la question.

Cette semaine, le président turc Recep Tayyip Erdogan l'a violemment critiqué, le sommant de « rester à sa place ». S'adressant à distance au chef du gouvernement irakien, il lui lancé : « Peu importe que tu cries depuis l'Irak, nous continuerons à faire ce que nous pensons devoir faire ! »
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail