Accéder au contenu principal
Syrie

Syrie: Barack Obama ne cache pas son pessimisme sur l'avenir de la Syrie

Une petite fille marche dans les ruines, dans un quartier d'Alep visé par les bombardements aériens, le 17 novembre 2016.
Une petite fille marche dans les ruines, dans un quartier d'Alep visé par les bombardements aériens, le 17 novembre 2016. REUTERS/Abdalrhman Ismail
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Barack Obama « peu optimiste »... une « course contre la montre » pour l'ONU... Le déchaînement de violences sans précédent sur la grande ville d'Alep depuis six jours témoigne d'une volonté nette du pouvoir syrien de reprendre l'ensemble du territoire de cette grande ville, coûte que coûte. Au cours de la semaine passée, entre 150 et 300 personnes, selon les sources, auraient perdu la vie dans les pilonnages aériens du régime et de ses alliés ainsi que dans les affrontements terrestres.

Publicité

La guerre en Syrie s'est invitée au sommet Asie-Pacifique, à Lima. Barack Obama a brièvement rencontré son homologue russe Vladimir Poutine, soutien inconditionnel du régime syrien depuis le début du conflit, en 2011. Il lui a demandé des efforts accrus pour limiter les violences et la souffrance des habitants.

En conférence de presse, le président américain sortant s'est dit « peu optimiste » sur l'avenir immédiat du pays. « Une fois que la Russie et l'Iran ont pris la décision de soutenir Assad dans sa campagne aérienne brutale (...) il était difficile de voir une façon pour l'opposition, même entraînée et modérée, de maintenir sa position très longtemps ». En fin de mandat, il a demandé au chef du Kremlin, en position de force sur le dossier syrien, des efforts accrus pour limiter les violences et la souffrance des habitants.

Des frappes d'une intensité inédite

Même ton alarmiste du côté de l'ONU. L'émissaire spécial en Syrie a averti que le « temps était compté » avant d'assister à un « écroulement » des quartiers rebelles d'Alep, soumis à des bombardements meurtriers du régime qui avance face aux insurgés. En déplacement à Damas, Staffan de Mistura a demandé dimanche l'arrêt des attaques qui se sont intensifiées ces derniers jours contre les habitants d'Alep.

« Un baril d’explosif contenant du chlore a ciblé le quartier de Sakhour à Alep. Six personnes d’une même famille ont été tuées. Ce sont quatre enfants, leur père et leur mère qui ont perdu la vie. C’est la troisième fois que le régime de Bachar el-Assad utilise du chlore », assure à RFI Abou el-Haythem el-Hour, un militant de l'opposition.

Outre les bombardements venant du ciel, de violents combats se déroulent au sol. D'après l'OSDH, les forces loyalistes sont entrées pour la première fois dans le quartier de Massaken Hanano, dans le nord-est d'Alep et tenu par les rebelles depuis 2012, et de violents combats se sont poursuivis dimanche soir.

Selon des secouristes interrogés par CNN, Alep a connu lors de ces six derniers jours les frappes les plus fortes et les plus régulières en cinq ans de guerre. La principale chaîne de télévision américaine indique le chiffre de 300 morts en six jours, citant des casques blancs ; l'OSDH évoque pour sa part au moins 150 morts dans le même laps de temps. Le comptage des victimes reste extrêmement délicat à distance compte tenu d'un accès impossible au terrain.

Les hôpitaux délibérément rasés

Environ 250 000 personnes vivent assiégées depuis quatre mois dans les quartiers Est d'Alep. Bombardés et affamés, les civils se retrouvent dans une situation dramatique, selon les organisations humanitaires et le correspondant de l'AFP sur place. « D'ici Noël, en raison de l'intensification des opérations militaires, on verra un écroulement (...) de ce qui reste à Alep-Est et vous pourriez avoir 200 000 personnes fuyant vers la Turquie, ce qui serait une catastrophe humanitaire », a mis en garde M. de Mistura.

Selon d'autres sources médicales contactées par le Time, il n'y a désormais plus d'hôpitaux en état de fonctionner à Alep, dans la partie rebelle. Le dernier encore debout a été réduit en poussière vendredi dernier, à l'instar des quatre autres que comptait la zone. « L’aviation russe et l’aviation du régime de Bachar al Assad sont en train de commettre des massacres collectifs. Tous les hôpitaux sont détruits. Ils sont donc à l’arrêt et ne pourront plus être remis en fonction à cause des bombardements intensifs et permanents. Il n’y a plus aucun centre médical d’urgence. Il va y avoir probablement davantage de décès puisque les blessés ne sont plus soignés dans les quartiers assiégés de la ville d’Alep », alarme le militant Abou el-Haythem el-Hour.

(avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.