Accéder au contenu principal
Syrie

Syrie: l’évacuation d’Alep reprend dans le calme

Des personnes évacuées d'Alep arrivent à Rachidine, dans la périphérie sud-ouest d'Alep, tenue par les rebelles, le 19 décembre 2016.
Des personnes évacuées d'Alep arrivent à Rachidine, dans la périphérie sud-ouest d'Alep, tenue par les rebelles, le 19 décembre 2016. REUTERS/Ammar Abdullah
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le processus d’évacuation des civils des quartiers Est d’Alep a finalement repris ce lundi matin. Il avait été interrompu dimanche. Un millier de personnes ont pu quitter le réduit encore sous contrôle des rebelles. L’ONU affirme que 40 000 civils vivent toujours dans cette zone de 3 km2.

Publicité

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Deux convois d’une douzaine de bus ont pu quitter Alep-Est dans la nuit de dimanche à lundi. Ils comptaient un millier de personnes à bord, des combattants mais surtout des femmes et des enfants. Ils ont parcouru sans incident le trajet de cinq kilomètres les séparant de la zone tenue par les rebelles, au sud-ouest d’Alep. Entre 2 000 et 3 000 combattants ainsi que les membres de leurs familles attendent toujours d’être évacués.

Parallèlement, dix bus ont pu quitter les localités à majorité chiite de Foua et Kefraya, assiégées depuis trois ans par les insurgés, dans le nord-ouest de la Syrie. Le convoi a pris la direction d’Alep, avec à bord 800 blessés et cas humanitaires.

Négociations réussies entre la Russie, la Turquie et l’Iran

La double opération d’évacuation a pu reprendre après des contacts intensifs menés toute la journée de dimanche entre des représentants de la Russie, de la Turquie et de l’Iran.

Les négociations entre ces trois pays avaient d'abord abouti, samedi, à un nouvel accord, qui prévoyait l’évacuation des rebelles et de leurs familles encore bloqués à l’est d’Alep. Ce sont 4 000 blessés et cas humanitaires qui auraient dû, en contrepartie, autorisés à sortir de Foua et Kefraya.

Mais la mise en œuvre de cet accord avait été suspendue à cause de divergences entre les jihadistes de Fateh al-Cham, l’ex Front al-Nosra, opposés à l’accord, et les salafistes d’Ahrar al-Cham, qui y étaient favorables.

A New York, le Conseil de sécurité de l'ONU doit se prononcer ce lundi 19 décembre à 14 h 00 TU sur un nouveau projet de résolution visant à garantir le bon déroulement des évacuations des civils et rebelles de la métropole du nord de la Syrie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.