Accéder au contenu principal
Syrie

Syrie: des groupes rebelles gèlent leur participation aux négociations

Un soldat du régime syrien fait le V de la victoire après la prise du quartier Al Sakhour à Alep, le 28 novembre 2016.
Un soldat du régime syrien fait le V de la victoire après la prise du quartier Al Sakhour à Alep, le 28 novembre 2016. SANA/Handout via REUTERS
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Une grande partie des rebelles syriens a décidé de quitter la table des négociations qui vont s'engager au Kazakhstan fin janvier sous l'égide de Moscou et d’Ankara, et cela, afin de protester contre la poursuite des frappes du régime.

Publicité

La menace des insurgés de se retirer du processus de négociation est intervenue après une avancée de l’armée syrienne et du Hezbollah libanais dans le fief rebelle de Wadi Barada, à 18 km au nord de Damas, rapporte notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), les forces gouvernementales seraient arrivées lundi soir à la source d’al-Fija, qui alimente Damas en eau potable. Quatre millions de personnes dans la capitale et ses environs sont privées d’eau depuis le 22 décembre, après la contamination de la source au diesel par les rebelles, selon le régime.

Les rebelles, quant à eux, affirment au contraire que ce sont les bombardements du régime sur la région qui ont provoqué des dégâts tels sur les stations d'épuration que celles-ci ne peuvent plus fonctionner normalement.

Rejet de l'accord de réconciliation

Les groupes armés de Wadi Barada, menés par l’ex-Front al-Nosra, rejettent un accord de réconciliation, qui prévoit leur retrait de la région. Le communiqué des rebelles gelant leur participation aux négociations préparatoires est signé par une dizaine de groupes, dont certains sont proches de la Turquie.

Ce communiqué accuse les forces gouvernementales de poursuivre leurs attaques autour de Damas et exige l’arrêt de l’offensive contre Wadi Barada, sous peine d’enflammer tous les fronts de Syrie. Mais pour le régime, la sécurisation de la source d’al-Fija est une question stratégique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.