Accéder au contenu principal
Irak / Turquie

Ankara et Erbil confirment leur alliance face aux ennemis communs

Le président du Kurdistan irakien Massoud Barzani (g) et le Premier ministre turc Binali Yildirim, à Erbil, le 8 janvier 2017.
Le président du Kurdistan irakien Massoud Barzani (g) et le Premier ministre turc Binali Yildirim, à Erbil, le 8 janvier 2017. Hakan Goktepe/Prime Minister's Press Office/Handout via REUTERS
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le Premier ministre turc a rendu visite ce dimanche 8 janvier à son plus grand allié en Irak : le président kurde irakien Massoud Barzani. Les deux gouvernements luttent ensemble contre l'organisation Etat islamique, mais également contre les forces du parti kurde de Turquie, le PKK.

Publicité

Avec notre correspondante à Erbil,  Oriane Verdier

Après Bagdad, où il s’est entretenu avec son homologue irakien Haïdar al-Abadi pour ouvrir la voie vers l'apaisement des tensions provoquées par la présence des troupes turques au nord de Mossoul, le Premier ministre turc Binali Yildirim a poursuivi sa tournée dans le Kurdistan irakien. Ankara et Erbil y ont réaffirmé le maintien et le développement de leurs échanges économiques et énergétiques, mais également leur union de lutte.

« Nous devons nous battre ensemble contre la maladie de la terreur », a affirmé le président kurde irakien Massoud Barzani. A ses côtés, le Premier ministre turc a alors renchéri : « Les terroristes du groupe Etat islamique et les terroristes du PKK ne sont pas qu'un problème turc ; c'est un problème également ici au Kurdistan, en Irak et en Syrie. »

Turcs et Kurdes irakiens sont en effet unis sur tous les fronts. C'est sur des terres kurdes que les Turcs ont installé leurs troupes dont la présence est contestée par Bagdad. Mais c'est aussi avec le gouvernement kurde irakien que les Turcs combattent le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Le PDK, parti du président kurde irakien, est en conflit froid avec son frère ennemi dont les bases sont installées au Kurdistan irakien et bombardées depuis deux ans par la Turquie.

Le gouvernement de Massoud Barzani a également fermé ses frontières avec le Kurdistan syrien dirigé par le PYD, considéré au même titre que le PKK comme un groupe terroriste par la Turquie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.