Accéder au contenu principal
Syrie

La plus grande centrale de gaz de Syrie détruite par le groupe Etat islamique

La centrale de Hayyan fournissait un tiers de l'électricité de la Syrie (photo d'illustration).
La centrale de Hayyan fournissait un tiers de l'électricité de la Syrie (photo d'illustration). KARAM AL-MASRI / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le groupe Etat islamique (EI) a détruit à l'explosif, le week-end dernier, la plus importante centrale de gaz, qui fournissait le tiers de l'électricité de la Syrie. Ce sont des millions de Syriens qui sont affectés par la destruction de cette infrastructure.

Publicité

Avec notre correspondant à Beyrouth,  Paul Khalifeh

La centrale de gaz de Hayyan, à l’est de la province de Homs, dans le centre de la Syrie, était l’une des dernières infrastructures à fonctionner encore au maximum de sa capacité avant sa capture il y a un mois par les jihadistes. Ce site produisait 3,7 millions de mètres cubes de gaz naturel par jour, permettant d’alimenter en courant électrique le tiers de la Syrie.

Le champ de Hayyan avait été occupé par le groupe Etat islamique dans le sillage de son offensive contre la ville antique de Palmyre, qu’il a reprise à l’armée syrienne le 10 décembre dernier.

Selon une source syrienne à Beyrouth, la centrale de Hayyan était l’une des plus coûteuses infrastructures du pays, avec un investissement de 300 millions de dollars. Une vidéo postée par les jihadistes montre une énorme explosion, qui a réduit le site en poussière.

Ce n’est pas la première fois que le groupe Etat islamique pratique la politique de la terre brûlée. Déjà en mai dernier, les jihadistes avaient détruit, de la même façon, la centrale de gaz de Chaër, située non loin de Hayyan.

Privés d’eau potable depuis trois semaines, les cinq millions d’habitants de Damas et de ses environs sont désormais soumis à un rationnement draconien du courant électrique, tout comme les autres grandes villes du pays.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.