Territoires palestiniens

Les positions de Donald Trump sur Israël inquiètent les Palestiniens

Le président-élu américain Donald Trump, le 9 janvier 2017 à la Trump Tower de New York, son QG de transition.
Le président-élu américain Donald Trump, le 9 janvier 2017 à la Trump Tower de New York, son QG de transition. REUTERS/Mike Segar/File Photo

L'investiture de Donald Trump approche à grands pas. Et la question de la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d'Israël échauffe les esprits du côté palestinien. Leurs dirigeants avaient invité toutes les mosquées du monde à protester contre le déménagement de l'ambassade américaine à Jérusalem. Si cette demande n'a pas été suivie de manifestations en Cisjordanie, la probable reconnaissance de Jérusalem inquiète fortement les Palestiniens qui dénoncent une provocation.

Publicité

Avec notre correspondant dans le camp de réfugiés de Qalandiya, Marine Vlahovic

A l'entrée de la mosquée de Qalandiya, située entre Jérusalem et Ramallah, pas d'écho d'appels à manifester contre le déplacement de l'ambassade des Etats-Unis à Jérusalem. On entend en revanche les cris d'Abu Omar, qui invite les fidèles à acheter ses pâtisseries. Et à l'évocation de cet éventuel déménagement, le sexagénaire s'étrangle de colère : « Trump, il va provoquer une guerre. »

Dans ce camp de réfugiés de 10 000 habitants, contrôlé par les Israéliens et situé à quelques centaines de mètres du mur de séparation, la promesse de campagne de Donald Trump échauffe les esprits. Car cela ruinerait les espoirs de voir Jérusalem-Est érigée en capitale d'un futur Etat palestinien.

« Je ne veux pas d'intifada »

Certains parlent même d'intifada, regrette Imad Mahmoud, maçon de profession : « Ce déménagement, ça ne va faire qu’empirer la situation et, moi, je ne veux plus d’intifada. Je veux que ça s’arrête. Je veux la paix. »

Pourtant pour Sami el Kusbeh, un habitant qui marche d'un pas pressé vers la salle de prière, il n'y a pas de quoi être particulièrement inquiet : « Ce n’est pas le premier président américain qui fait ce genre de déclaration pendant sa campagne électorale. Et ensuite, rien ne se passe. Je ne crois pas qu’il le fera. »

Les dirigeants palestiniens affirment avoir été prévenus que Donald Trump annoncerait le déménagement de l'ambassade dans son discours d'investiture, le 20 janvier 2017.   

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail