Accéder au contenu principal
Israël

Israël: après 115 jours de prison, Tamar Ze'evi reconnue objectrice de conscience

Des soldats israéliens à l'entraînement durant leur service militaire en 2015.
Des soldats israéliens à l'entraînement durant leur service militaire en 2015. MENAHEM KAHANA / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En Israël pour la première fois en 15 ans l'armée a de facto reconnu l'objection de conscience sur la base de la politique menée en Cisjordanie et à Gaza. La jeune Tamar Ze'evi, 19 ans, a été libérée jeudi 23 mars après avoir passé 115 jours en prison car elle refusé de servir dans une armée qui mène, explique-t-elle, une «politique d'occupation militaire à l'égard des Palestiniens». Tamar Ze'evi a officiellement été considérée comme une objectrice de conscience générale mais elle avait clairement fait part de son opposition à l'occupation.

Publicité

C'est une première en 15 ans en Israël. Après 115 jours de prison, Tamar Ze'evi, âgée de 19 ans, a finalement été libérée après avoir été reconnue comme objectrice de conscience sur la base de la politique menée par Israël en Cisjordanie et à Gaza. Une autre jeune femme emprisonnée pour les mêmes raisons n'a pas été exemptée.

« Je suis heureuse et très soulagée mais je suis encore un peu sous le choc parce que c'est venu de façon si soudaine enfin aujourd'hui je suis vraiment contente d'avoir retrouvé ma famille et mes amis », a expliqué la jeune femme au micro de RFI.

Une longue épreuve mais « qui en valait vraiment la peine »

« C'est une décision est très importante parce que depuis 15 ans le comité de conscience de l'armée ne reconnaissait que l'objection des pacifistes qui défendent un point de vue radical et universel sur la guerre. Mon cas est différent, j'ai clairement invoqué la question de l'occupation et de ce que fait Israël en Cisjordanie et à Gaza, et c'est la première fois qu'on autorise quelqu'un à ne pas servir dans l'armée sur la base de ce qui se passe en Israël en particulier, et pas simplement en vertu de principes universels contre la violence », a-t-elle poursuivi.

« J'espère que maintenant davantage de gens diront vraiment ce qu'ils pensent, sans se sentir obligés de mentir à l'armée sur leurs idées. Et j'espère que cette décision s'inscrit dans une vraie tendance, que je ne serai pas juste un cas isolé. Pour moi l'épreuve a été longue mais elle en valait vraiment la peine. »

En Israël, le service militaire reste obligatoire. Il dure au minimum trois ans pour les hommes et 22 mois pour les femmes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.