Egypte / Qatar

Guerre des ondes entre l’Egypte et le Qatar

Le chef de la diplomatie du Qatar, cheikh Mohamed ben Abderrahmane Al-Thani,
Le chef de la diplomatie du Qatar, cheikh Mohamed ben Abderrahmane Al-Thani, REUTERS/Naseem Zeitoon

L’Egypte a décidé de bloquer 21 sites internet d’information arabe par un pare-feu. Une mesure qui a aussi été prise par l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis. Les sites visés sont liés directement ou indirectement au Qatar. Des mesures qui sont la conséquence d’une nouvelle guerre des ondes entre l’axe tripartite Egypte-Arabie-Emirats et le Qatar.

Publicité

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

Une guerre sur fond de divergences lors du sommet américano-islamique de Riyad. Un sommet ou le président américain a classé le Hamas palestinien parmi les organisations terroristes sans que l’alliance tripartite ne bronche.

Un Hamas qui est financièrement et diplomatiquement soutenu par le Qatar tout comme la confrérie des Frères musulmans dont il est issu. Une confrérie classifiée, elle aussi, comme organisation terroriste par Le Caire, Riyad et Abou Dhabi.

Suite à ce sommet, l’agence qatarienne de presse a publié des attaques de l’émir du Qatar contre ces trois pays avec une menace de retrait des ambassadeurs. Même si le Qatar a affirmé plus tard que le site de l’agence avait été piraté, le mal était fait.

Les trois pays ont donc dressé un pare-feu contre al-Jazeera, mais aussi contre de nombreux sites plus ou moins liés au Qatar. Même le Huffington Post en arabe n’a pas été épargné du fait de la participation à sa création de l’ex-directeur général d’al-Jazeera.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail