Qatar

Qatar: des propos sur l'Iran attribués à l'émir perturbent les pays du Golfe

L'émir du Qatar (G) recevant le président Trump, le 21 mai 2017, à Riyad.
L'émir du Qatar (G) recevant le président Trump, le 21 mai 2017, à Riyad. REUTERS/Jonathan Ernst/File Photo

Le Conseil de coopération du Golfe qui regroupe les monarchies et les émirats de la péninsule arabique est à nouveau déchiré par des dissensions. L'Arabie saoudite notamment mais aussi les Emirats arabes unis et le Koweit ne décolèrent pas contre le Qatar.

Publicité

Tout a commencé la semaine dernière lorsque le site de l'agence de presse officielle du Qatar publie des propos très critiques de l'émir Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani. Des propos qui brisent l'habituel consensus des six Etats membres du Conseil et qui ont mis le feu aux poudres.

L'émir du Qatar aurait affirmé que l'Iran (la bête noire de l'Arabie saoudite surtout) devait être un allié stratégique et non perçu comme l'ennemi traditionel et le fauteur de troubles dans la région. Des propos d'autant plus provocateurs qu'ils contredisent ceux de Donald Trump, le président américain, et du roi d'Arabie saoudite qui tiennent l'Iran comme le principal artisan du terrorisme dans la région.

Le Qatar a beau faire valoir que son agence officielle de presse a été piratée, que l'émir n'a jamais tenu de tels propos, rien n'y fait. A la demande de Doha c'est le FBI en ce moment même qui mène l'enquête et tente éventuellement de dissiper les soupçons. Le Qatar en tous cas a souvent fait cavalier seul dans la région, au grand dam de ses partenaires. La dernière crise ouverte remonte à 2014 lorsque des pays membres du CCG avaient rappelé leur ambassadeur à Doha pour protester contre le soutien présumé du Qatar aux Frères musulmans.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail