Moyen-Orient

Rupture de l'Arabie saoudite et ses alliés avec le Qatar: quelles conséquences?

Vue aérienne de Doha au Qatar.
Vue aérienne de Doha au Qatar. REUTERS/Fadi Al-Assaad/File Photo
Texte par : RFI Suivre
4 mn

C’est un véritable séisme diplomatique au Moyen-Orient. L'Egypte et quatre Etats du Golfe -  Arabie saoudite, Emirats Arabes Unis, Bahreïn, Yémen - ont annoncé, ce 5 juin, la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar. Doha est accusée par ses voisins de soutenir le terrorisme. Les autorités qatariennes régissent avec colère et dénoncent une décision sans fondement. Elles rassurent néanmoins leur population, il n’y aura pas d’impact sur le quotidien des Qatariens.

Publicité

Le Qatar est une presqu'île dans le Golfe, il partage une seule frontière terrestre, avec l’Arabie saoudite, et cette frontière est désormais fermée. La décision de ses voisins, avec à leur tête Riyad, est sans appel : la rupture n’est pas seulement diplomatique, elle est totale. Les diplomates qatariens, ont 48 h pour faire leurs valises. Ils sont sommés de quitter l’Egypte, les Emirats Arabes Unis, le Bahreïn, le Yémen et bien sûr le royaume saoudien. Même chose pour les ressortissants qatariens résidents ou touristes dans les pays de la région. Ils disposent de deux semaines pour rentrer chez eux.

Problème... Comment rejoindre leur petite monarchie ? Presque plus aucune compagnie aérienne, ou maritime ne dessert désormais le Qatar ; même Qatar Airways a suspendu ses liaisons avec l’Arabie saoudite. Doha, qui s’est érigée ces dernières années en pôle d’attractivité se retrouve bien seule. Et ce n’est pas la première fois que le Qatar est mis à l’écart, isolé par ses voisins. En 2014 déjà, Riyad, Abou Dhabi et Manama, avaient rappelé leur ambassadeur au Qatar, pour protester contre le soutien apporté par Doha aux Frères musulmans.

Des conséquences immédiates

Conséquences immédiate de cette crise; la Bourse de Doha a chuté de 8% dès son ouverture reflétant les inquiétudes des investisseurs liées aux mesures prises par ces pays arabes. Ils ont décidé d’interrompre d’ici mardi leurs liaisons aériennes, terrestres et maritimes avec le Qatar.  Ces pays vont également interdire leur espace aérien à la compagnie Qatar Airways obligeant cette dernière compagnie à modifier ses itinéraires, rallongeant les vols et induisant une baisse d’activité pour la compagnie qatarienne. A titre d’exemple, Qatar Airwais opère douze vols par jour entre Doha et Dubaï.

Devant un bureau de Qatar Airways, le 5 juin à Riyad.
Devant un bureau de Qatar Airways, le 5 juin à Riyad. REUTERS/Faisal Al Nasser

Autre mesure, l’Arabie saoudite a donc décidé de fermer ses liaisons terrestres avec le Qatar. Problème ; la seule voie par la terre qui relie le petit émirat  avec d’autres pays de la région est la frontière avec l’Arabie saoudite. Chaque jour des centaines de camions la traversent avec des marchandises et surtout des produits alimentaires. Il faut noter qu'une fermeture de l’espace aérien et des frontières terrestres compliquera le calendrier des livraisons des matériaux pour les travaux que ce pays a entrepris pour l’organisation de la Coupe du monde de football en 2022.

Les Qatariens s'y attendaient un peu

La presse qatarienne s’attendait presque à cette annonce, indique notre correspondante à Doha, Sabrina Bennoui. Depuis plusieurs semaines, les éditorialistes dénoncent une campagne médiatique des voisins du Golfe dirigée contre le Qatar. Pour eux, les sanctions diplomatiques sont donc une suite logique. Depuis ce matin, la grande chaîne qatarienne Al Jazeera suit cette affaire de près.

Fait remarquable, elle s’est fait le relais d’un représentant iranien proche du président Hassan Rohani. Il a jugé que cette décision n’était pas une bonne solution pour résoudre la crise. Les liens diplomatiques du Qatar avec l’Iran sont pourtant justement l’un des motifs qui a conduit à cette escalade des tensions.

Sur Twitter, ce sujet a été tweeté près de 100 000 fois. Le Qatar a assuré qu’il n’y aurait aucune incidence sur les citoyens, mais, pourtant déjà l’Arabie saoudite compte retirer toutes les troupes qatariennes de la coalition présentes au Yémen.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail