Syrie

Syrie: les forces de Damas entrent à leur tour dans la province de Raqqa

Des déplacés syriens ayant fui la ville de Raqqa. Près d'Aïn Issa, en mai 2017.
Des déplacés syriens ayant fui la ville de Raqqa. Près d'Aïn Issa, en mai 2017. REUTERS/Rodi Said

La bataille pour la reconquête de Raqqa, la capitale autoproclamée du groupe Etat islamique en Syrie, a commencé dans la nuit du lundi au mardi 6 juin. Des forces kurdo-arabes sont entrées dans la ville. Mais quelques heures après le début de la bataille, l’armée gouvernementale syrienne est entrée dans la province éponyme aussi.

Publicité

Avec notre correspondant à Beyrouth,  Paul Khalifeh

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par des avions de la coalition internationale conduite par les Etats-Unis, ont lancé une offensive à partir de trois axes.

Elles sont parvenues à entrer dans un quartier de la périphérie est de la ville de Raqqa. Cette offensive sera « longue et difficile », selon le général américain Steve Townsend, chef des forces de la coalition internationale.

Quelques heures après le début de la bataille, les troupes loyalistes syriennes sont pour leur part entrées dans la province, une première depuis un an.

Les forces du régime Assad sont arrivées en provenance de la province voisine d’Alep, située plus à l’ouest, après avoir chassé les combattants du groupe Etat islamique de plusieurs localités, avec le soutien massif de l’aviation russe.

Mais l'armée syrienne se trouve à 70 kilomètres à l’ouest de la capitale du califat auto-proclamé de l’EI, alors que les Forces démocratiques syriennes sont déjà dans la ville.

Elles sont entrées dans le quartier de Mechleb, à l’est, qui avait été vidé de ses habitants par les jihadistes, il y a quelques jours. Les combattants de la coalition kurdo-arabe se trouvent aussi à deux kilomètres au nord de Raqqa.

Les combats se déroulent dans des zones peu urbanisées, ce qui explique la faible résistance des jihadistes, qui se sont repliés vers les quartiers intérieurs, plus denses et plus peuplés.

Bombardements américains sur des alliés du régime de Bachar el-Assad

Bien plus au sud en Syrie, près de la frontière avec la Jordanie et l’Irak, des avions américains ont une nouvelle fois bombardé, mardi 6 juin 2017, des forces alliées au régime syrien.

Le même scénario que celui du 18 mai s’est répété ; un convoi blindé de forces loyales au régime s’est rapproché du point de passage d’al-Tanaf, où des instructeurs américains, britanniques et norvégiens entraînent des rebelles pro-occidentaux.

Le convoi, qui comprenait un char, des pièces d’artillerie et des véhicules blindés, a ignoré les avertissements et a poursuivi son chemin pour arriver à une cinquantaine de kilomètres d'al-Tanaf. Il a alors été pris pour cible par des avions de la coalition.

Le régime syrien et ses alliés cherchent à tester la détermination des Etats-Unis, en prévision des prochaines batailles pour le contrôle de la frontière syro-irakienne.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail