Yémen

Ravagé par la guerre, le Yémen fait face à une épidémie de choléra

Depuis le 27 avril 2017, une épidémie de choléra ravage le petit pays du sud de la péninsule arabique. En cause: la guerre civile qui dévaste le Yémen, et qui oppose les combattants pro-gouvernementaux (photo, le 4 juin à Taizz) aux rebelles houthis.
Depuis le 27 avril 2017, une épidémie de choléra ravage le petit pays du sud de la péninsule arabique. En cause: la guerre civile qui dévaste le Yémen, et qui oppose les combattants pro-gouvernementaux (photo, le 4 juin à Taizz) aux rebelles houthis. Reuters/Anees Mahyoub

L'épidémie de choléra, qui sévit au Yémen depuis la fin du mois d'avril 2017, a fait 789 morts et plus de 100 000 cas suspects dans ce petit pays en guerre, a annoncé l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Sur place, les équipes du  Comité international de la Croix-Rouge (CICR) craignent le pire. Dans ce pays, l’un des plus pauvres de la planète, la population manque de tout. Selon Soumaya Beltifa, porte-parole du CICR à Sanaa, l’épidémie est en train de prendre de l’ampleur.

Publicité

« A ce jour, 101 820 cas suspects de choléra et 789 décès ont été signalés dans 19 provinces », soit quasiment dans la totalité du pays, a détaillé un porte-parole de l'OMS, Tarik Jasarevic.

Selon un communiqué publié par l'ONG Oxfam, jeudi 8 juin, dans la foulée des déclarations de l'OMS, une personne décède chaque heure du choléra au Yémen. Cette épidémie a démarré le 27 avril 2017 dans le pays. Le 19 mai, alors qu'il y avait plus de 23 000 cas suspects, l'OMS avait dit craindre jusqu'à 250 000 cas dans les six mois.

Pourquoi suspects ? « Parce qu’on ne peut parler de cas confirmés qu’une fois que les analyses sont faites », explique la responsable du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Soumaya Beltifa, au micro de RFI. « Beaucoup de gens peuvent avoir des diarrhées, mais pas forcément des diarrhées répétitives à longueur de journée, avec des vomissements, des douleurs partout dans le corps », explique Soumaya Beltifa. Le choléra est une infection intestinale aiguë due à l'ingestion d'eau ou d'aliments contaminés par le bacille Vibrio cholerae.

« Le Yémen est au bord du gouffre »

« L’épidémie de choléra gagne du terrain plus qu’elle ne se réduit », s'alarme la responsable du CICR.

Pour le directeur d'Oxfam au Yémen, Sajjad Mohammed Sajid, « Le Yémen est au bord du gouffre. »

Dans son communiqué, l'ONG Oxfam appelle à un cessez-le-feu « immédiat ». En effet, si l'épidémie se répand si rapidement dans ce pays pauvre de la péninsule arabique, c'est que ses installations hospitalières et les conditions d'hygiène se sont profondément détériorées en raison de la guerre qui oppose depuis plus de deux ans rebelles houthis chiites et forces loyalistes, soutenues par une coalition arabe menée par l'Arabie saoudite.

Le conflit au Yémen a fait plus de 8 000 morts et 45 000 blessés depuis deux ans, selon l'ONU. Fin mai, le médiateur de l'ONU avait annoncé devant le Conseil de sécurité qu'aucun progrès n'avait été obtenu pour relancer des négociations de paix ou obtenir un accord sur l'avenir du port de Hodeida (ouest), aux mains des rebelles et par lequel transite le gros des importations du Yémen.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail