Egypte / Arabie saoudite

L’Egypte rétrocède Tiran et Sanafir à l’Arabie saoudite: colère à gauche

Le président égyptien  Abdel Fattah al-Sissi (ici en mars 2017) a choisi la fin du ramadan pour ratifier l'accord avec l'Arabie saoudite.
Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi (ici en mars 2017) a choisi la fin du ramadan pour ratifier l'accord avec l'Arabie saoudite. KHALED DESOUKI / AFP

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a ratifié ce samedi 24 juin un accord entre Le Caire et Riyad en vertu duquel l’Egypte rétrocède deux îles de la mer Rouge à l’entrée du golfe d’Aqaba. L’accord qui avait été signé l’année dernière avait été approuvé par le Parlement la semaine dernière malgré une virulente polémique.

Publicité

Avec notre correspondant au Caire,  Alexandre Buccianti

Abdel Fattah al-Sissi a attendu l’annonce de la fête marquant la fin du ramadan pour ratifier l’accord égypto-saoudien. Un moment choisi pour éviter une éventuelle réaction de mécontentement populaire. En effet, tout le pays est en congé pour trois jours.

Des milliers d’Egyptiens avaient manifesté contre l’accord rétrocédant les îles de Tiran et Sanafir à l’Arabie saoudite au lendemain de sa signature en avril 2016. Pour eux, le sang égyptien avait coulé pour la défense de ces îles lors de la guerre de 1967 avec Israël. La Haute Cour administrative avait annulé l’accord et souligné l’égyptianité des deux îles tandis qu’un tribunal des référés avait jugé le contraire.

Mais la Haute Cour constitutionnelle devant laquelle l’affaire a été portée a décidé cette semaine de « suspendre tous les jugements concernant les îles » en attendant qu’elle se prononce sur la question de savoir si l’accord relève d’un acte de souveraineté ou si le gouvernement doit procéder préalablement à un référendum.

Vives réactions sur les réseaux sociaux

Cette ratification a provoqué de vives réactions dans les médias et sur les réseaux sociaux de la part des militants de gauche notamment.

L'avocat Khaled Ali, candidat à l'élection présidentielle de 2012 et figure de proue de la bataille juridique contre la remise des îles à l'Arabie Saoudite compare la ratification de l'accord à la Déclaration Balfour. Une déclaration de 1917 ou l'Empire britannique promettait au mouvement sioniste une patrie en Palestine.

De nombreux militants de gauche comparent la rétrocession des îles à la cuisante défaite de la guerre des Six jours contre Israël, il y a exactement cinquante ans.

Dans les milieux culturels le célèbre romancier Ibrahim Abdel Meguid estime que la date du 24 juin 2017 marque l'occupation de l'Egypte. Certains anciens collaborateurs du président Sissi s'élèvent contre sa décision. Hazem Abdel Azim qui avait été en charge de la jeunesse dans la campagne du candidat présidentiel Sissi parle d'un « cadeau de deux îles égyptiennes fait aux Saoudiens à l'occasion de la fête de l'Aïd.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail