Jérusalem

Esplanade des Mosquées: deux Palestiniens meurent dans de nouveaux heurts

Un Palestinien durant des affrontements avec les forces israéliennes dans le village de Khobar, près de Ramallah, le 22 juillet 2017. La veille, trois Israéliens ont été tués dans l'implantation juive de Neve Tsuf par un Palestinien originaire de Kobar.
Un Palestinien durant des affrontements avec les forces israéliennes dans le village de Khobar, près de Ramallah, le 22 juillet 2017. La veille, trois Israéliens ont été tués dans l'implantation juive de Neve Tsuf par un Palestinien originaire de Kobar. REUTERS/Mohamad Torokman
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Des heurts ont encore éclaté ce samedi soir à Jérusalem et en Cisjordanie. Les Palestiniens réclament la suppression de détecteurs de métaux installés par Israël pour entrer sur l'Esplanade des Mosquées. La tension reste très vive dans la région.

Publicité

Dans une ruelle de la Vieille Ville, des centaines de musulmans scandent comme tous les jours depuis une semaine leur attachement à la mosquée Al Aqsa et au prophète Mahomet. Des slogans chantés alors qu'ils font face aux policiers israéliens qui, ce samedi, barraient le chemin vers l'entrée de l'esplanade des Mosquées, rapporte notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil. « Ils ne veulent pas qu'un grand nombre de personnes se rassemblent. Ils veulent nous séparer, nous empêcher d'être au même endroit », dénonce un homme.

A l'heure de la prière, un imam prend la parole et appelle à préserver le calme durant ce rassemblement. Mais alors que les fidèles se recueillent, des tirs se font entendre. Des heurts éclatent juste à l’extérieur des murailles, avant qu’un calme précaire ne revienne. Mais les protestataires se préparent à un nouveau face-à-face après la dernière prière de la journée. « Vous allez voir, dans 10 minutes, ce sera comme la guerre. Comme la guerre », promet un homme. A l'issue de la prière, un groupe de jeunes se rapproche des barrières en reprenant les slogans des protestataires. La police charge, et disperse la foule par la force.

Les forces israéliennes dispersent les Palestiniens, à l'extérieur de la porte des Lions (Lion's Gate), sur la façade est de la muraille de la Vieille Ville, entrée principale d'accès à la mosquée Al-Aqsa, à Jérusalem, le 22 juillet 2017.
Les forces israéliennes dispersent les Palestiniens, à l'extérieur de la porte des Lions (Lion's Gate), sur la façade est de la muraille de la Vieille Ville, entrée principale d'accès à la mosquée Al-Aqsa, à Jérusalem, le 22 juillet 2017. Ahmad GHARABLI / AFP

Selon le ministère palestinien de la Santé, deux Palestiniens sont morts dans des affrontements avec les forces israéliennes dans les territoires occupés. L’un est décédé quelques heures après avoir été blessé par balle dans des heurts à El-Azariyé, en Cisjordanie occupée. L’autre a trouvé la mort dans l’explosion du cocktail Molotov qu’il voulait lancer sur les forces israéliennes. La veille, trois manifestants avaient été tués après la prière hebdomadaire, tandis que trois Israéliens avaient également été poignardés à mort par un Palestinien dans leur maison située dans une colonie de Cisjordanie.

Le Quartette pour le Proche-Orient appelle à la «retenue maximale»

Face à ces violences, la communauté internationale réagit. Le Quartette pour le Proche-Orient – composé des Etats-Unis, de la Russie, de l’Union européenne et de l’ONU – a ainsi appelé ce samedi à une « retenue maximale » de toutes les parties. « Notant le caractère particulièrement sensible des sites religieux sacrés à Jérusalem et la nécessité d’assurer la sécurité, les envoyés du Quartette appellent tous à faire preuve d’une retenue maximale, à éviter les actions de provocation et à travailler en vue d’une désescalade », peut-on lire dans leur communiqué commun.

De leur côté, la France, la Suède et l’Egypte ont appelé à une réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations unies. Elle doit permettre de « parler urgemment de la façon dont les appels à la désescalade peuvent être soutenus », a indiqué l’ambassadeur suédois à l’ONU Carl Skau.

Les heurts sont quotidiens entre forces de sécurité israéliennes et manifestants palestiniens qui dénoncent l’installation de détecteurs de métaux aux entrées de l’esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l’islam.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail