Accéder au contenu principal
Iran / France

L'Iran critique la position diplomatique de la France dans les crises régionales

Jean-Yves Le Drian reçu par Mohammed ben Salman, à Riyad, le 15 novembre 2017.
Jean-Yves Le Drian reçu par Mohammed ben Salman, à Riyad, le 15 novembre 2017. Reuters/Saudi Press Agency/Handout
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L'Iran a accusé vendredi 17 novembre la France de « partialité » et affirmé que son approche aggravait les crises au Moyen-Orient, en réponse à des critiques françaises, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères iranien.

Publicité

A plusieurs reprises ces derniers jours, le 7 novembre puis encore hier à Riyad, le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, a affirmé que la France s'inquiétait des « tentations hégémoniques » de Téhéran, lors d'une visite en Arabie saoudite, pays rival de l'Iran.

S'exprimant lors d'une conférence de presse à Riyad avec son homologue saoudien Adel al-Jubeir, dans le cadre de la très délicate affaire libano-saoudienne Saad Hariri, le ministre français avait indiqué avoir évoqué « le rôle de l'Iran et les différents domaines dans lesquels les actions de ce pays nous inquiètent ». « Je pense en particulier aux interventions de l'Iran dans les crises régionales, à cette tentation hégémonique et je pense à son programme balistique », avait-il poursuivi.

De « crises potentielles en crises réelles »

Des termes peu goûtés par Téhéran, en confrontation plus qu'aigüe avec son voisin saoudien. « Malheureusement, il semble que la France a un regard partial et partisan sur les crises de la région et cette approche, volontairement ou involontairement, aide même à transformer des crises potentielles en crises réelles », a déclaré le porte-parole de la diplomatie iranienne Bahram Ghassemi.

« Vos inquiétudes ne sont pas conformes à la réalité régionale et elles vous conduisent dans la mauvaise direction », a-t-il insisté. Rejetant la responsabilité de l'Iran, il a estimé que c'est au contraire « l'Arabie saoudite qui joue un rôle destructeur évident » dans ces crises.

Alors que l'épisode Hariri semble doucement parvenir à son épilogue - le Premier ministre devrait séjourner brièvement à Paris avant de repartir pour Beyrouth, pour présenter ou non sa démission en bonne et due forme -, l'affrontement entre les deux rivaux iranien et saoudien et très loin de s'apaiser.

Israël prêt à collaborer avec l’Arabie saoudite pour contrer l’Iran

(avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.