Un policier tué lors des violences en Iran

Une image de Téhéran, ce 1er janvier 2018.
Une image de Téhéran, ce 1er janvier 2018. Handout / MEHR NEWS / AFP

Un policier iranien a été tué ce 1er janvier 2018 à Najafabad, selon la télévision d’Etat, lors d'actes de violences liés aux manifestations antigouvernementales qui agitent l'Iran depuis cinq jours.

Publicité

Au cinquième jour du mouvement de protestation en Iran contre le gouvernement et les difficultés économiques, un policier iranien a été tué et trois autres ont été blessés par des tirs d'arme de chasse à Najafabad (centre), ce 1er janvier 2018, selon un site internet de la télévision d'Etat.

Deux manifestants avaient été tués le 30 décembre et huit autres le 31 décembre au soir dans plusieurs villes d'Iran, selon les médias.

Un père et son fils de quatorze ans, avaient par ailleurs péri à Doroud (ouest) quand leur véhicule a été percuté par un camion de pompiers volé par des manifestants, d'après le préfet.

Au total 13 personnes, dont dix manifestants, ont été tuées dans les violences qui ont émaillé ces protestations, parties le 28 décembre de Machhad (nord-est), la deuxième ville du pays, pour se propager rapidement à travers le territoire.

«Le peuple iranien répondra aux fauteurs de troubles»

Lundi soir, des petits groupes de manifestants, dont certains scandaient des slogans anti-régime, se sont rassemblés dans un quartier du centre de Téhéran sous forte présence policière, selon des vidéos publiées sur les sites de médias locaux et les réseaux sociaux. Le calme était revenu en fin de soirée et plusieurs « meneurs » ont été arrêtés, selon des médias iraniens.

Le 31 décembre, le président Hassan Rohani avait rejeté « la violence et la destruction de biens publics ». Ce lundi, il a prévenu que « le peuple iranien répondra aux fauteurs de troubles », qui ne sont qu'une « petite minorité ».

Hassan Rohani et son gouvernement doivent par ailleurs faire face aux attaques du président des Etats-Unis, Donald Trump, qui a assuré que « le temps du changement » était venu en Iran.

(Avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail