Accéder au contenu principal
Turquie-Syrie

Offensive turque en Syrie: Erdogan veut «nettoyer» Minbej

Le président turc accompagné par le chef de l'état-major Hulusi Akar alors qu'il visite un centre de commandement militaire dans la ville frontalière de Hatay, en Turquie, le 25 janvier 2018.
Le président turc accompagné par le chef de l'état-major Hulusi Akar alors qu'il visite un centre de commandement militaire dans la ville frontalière de Hatay, en Turquie, le 25 janvier 2018. Murat Cetinmuhurdar/Presidential Palace/Handout
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La Turquie hausse le ton. Depuis ce matin, le président turc  Erdogan menace d'élargir à d'autres villes du nord de la Syrie, l'offensive en cours contre l'enclave d'Afrin. Ankara veut ainsi éliminer toute présence d'une milice kurde considérée comme terroriste. Dans un discours télévisé, il a promis de «nettoyer» Minbej, située à une centaine de kilomètres à l'est d'Afrin où des forces américaines sont présentes aux côtés des miliciens kurdes.

Publicité

De notre envoyée spéciale à la frontière turco-syrienne, Murielle Paradon

C’est à Reyhanli, tout près de la frontière entre la Turquie et la Syrie, dans cette zone côté turc, que Recep Tayyip Erdoğan est venu jeudi 25 janvier inspecter les troupes turques en habit de camouflage. Et ce vendredi matin, il a tenu un nouveau discours, très ferme, depuis Ankara, cette fois à la télévision.

Le président turc ne veut pas se contenter de l’offensive sur Afrin, mais élargir l’opération à d’autres villes du nord de la Syrie, comme Minbej, à une centaine de kilomètres plus à l’est. « Il faut nettoyer Minbej des terroristes, a déclaré le président turc, pour qu’il n’en reste plus aucun jusqu’à la frontière irakienne ».

Par « terroristes », Erdogan entend les combattants kurdes des YPG, liés au PKK turc. Ces combattants sont soutenus et armés par les Etats-Unis, car ils ont participé activement à la lutte contre l’organisation Etat islamique en Syrie et en Irak.

Le soutien des Etats-Unis aux Kurdes provoque d’ailleurs beaucoup de tensions, on le sait, avec Ankara. Tensions qui pourraient s’aggraver sur le terrain, car si la Turquie poursuit son offensive vers Minbej, elle pourrait se retrouver confrontée directement aux forces américaines qui sont présentes dans cette zone.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.