Syrie

Syrie: accord d'évacuation de rebelles de la poche d'Harasta dans la Ghouta

Bombardement aérien sur Harasta, le 30 décembre 2017.
Bombardement aérien sur Harasta, le 30 décembre 2017. Amer ALMOHIBANY / AFP

Pour la première fois depuis le début de l'offensive des troupes gouvernementales contre la Ghouta orientale de Damas, des sources du régime ont annoncé qu'un accord a été trouvé avec des rebelles et leurs familles pour évacuer la poche de Harasta. Le groupe islamiste Ahrar al-Cham a confirmé que ses combattants quitteraient le réduit encerclé pour la province d'Idleb.

Publicité

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Harasta est la plus petite des trois dernières poches encore aux mains de rebelles dans ce qui était leur bastion de la Ghouta orientale. Sous le contrôle des insurgés depuis 2012, cette banlieue du nord-est de Damas était considérée comme une forteresse imprenable, une épine dans le pied du régime.

Encerclés de toutes parts, sans voies de ravitaillement, les rebelles ont finalement accepté de cesser le combat. Des sources du régime et de l'opposition ont annoncé un accord d'évacuation, conclu sous l'égide de la Russie par l'intermédiaire de notables de la région.

1 500 combattants du groupe islamiste Ahrar al-Cham et 6 000 membres de leurs familles quitteront cette enclave pour la province d'Idleb, dans le nord-ouest. L'évacuation commencera dans les heures à venir et se déroulera en deux temps.

Des dizaines d'autres combattants resteront sur place, après avoir accepté les termes de ce que le régime appelle une réconciliation, qui s'apparente plus à une reddition, selon des sources de l'opposition.

Les combats continuent autour des deux autres proches de Douma, au nord, et Arbin, au sud de Damas. Les troupes gouvernementales accentuent leurs pressions pour imposer un accord similaire aux rebelles et aux jihadistes qui contrôlent encore ces deux dernières enclaves à l'est de Damas.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail