Syrie

Syrie: les rebelles de la Ghouta orientale évacuent leur avant-dernière enclave

Des bus attendent les rebelles évacués à l'extérieur de Jobar, une localité du sud de la Ghouta orientale, le 24 mars 2018.
Des bus attendent les rebelles évacués à l'extérieur de Jobar, une localité du sud de la Ghouta orientale, le 24 mars 2018. REUTERS/Omar Sanadiki

Les rebelles ont commencé à évacuer ce samedi 24 mars leur avant-dernière enclave dans la Ghouta orientale, aux portes de Damas, alors que le régime a repris en cinq semaines le contrôle de 90 % de l'ancien bastion insurgé, déserté par plus de 105 000 civils.

Publicité

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Pendant cinq ans, les lignes de front n'ont presque pas bougé à Jobar, une place forte rebelle située à deux kilomètres du Vieux Damas, près de la place des Abbassides. Des quartiers entiers ont été rasés, des dizaines de milliers d'obus se sont écrasés sur les maisons et des milliers de raids ont été menés par l'armée syrienne. Mais les insurgés ont tenu bon, protégés par un impressionnant réseau de tunnels, une véritable ville sous la ville.

Il a fallu que les troupes gouvernementales et leurs alliés changent de tactique pour enlever cette épine plantée dans le flanc de Damas. L'offensive a été lancée d'est en ouest, à l'arrière des lignes rebelles. Après la chute d'une grande partie de Aïn Terma, vendredi, les rebelles de la poche sud de la Ghouta étaient pris en tenaille. Ils ont accepté toutes les conditions des négociateurs russes.

Abandonnant leur armement lourd, ils ont commencé à évacuer samedi d'Arbine, le principal fief du groupe salafiste Faylaq al-Rahmane. Cinq cents combattants et 1 500 membres de leurs familles ont été embarqués à bord de bus pour Idleb. Une centaine de jihadistes de Hayaat Tahrir al-Cham, l'ex-branche d'al-Qaïda en Syrie, ont aussi demandé à partir. L'évacuation de 7 000 combattants et civils se poursuivra ce dimanche.

Un sort similaire attend Douma, dernier fief rebelle de la Ghouta, totalement encerclé et indéfendable. Des négociations sont en cours sous l'égide de la Russie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail