Accéder au contenu principal
Syrie

Syrie: un accord pour l'évacuation des rebelles de Douma?

Une rue de la ville assiégée de Douma, dans la Ghouta orientale, le 8 mars 2018.
Une rue de la ville assiégée de Douma, dans la Ghouta orientale, le 8 mars 2018. REUTERS/Bassam Khabieh
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'armée russe a annoncé vendredi 30 mars être parvenue à un accord pour l'évacuation aux portes de Damas de la dernière poche rebelle dans la Ghouta orientale, qui signifierait la chute de l'enclave, une annonce toutefois aussitôt démentie par les insurgés.

Publicité

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

En dépit du démenti du porte-parole de Jaïch al-Islam, Hamza Bayraqdar, sur son compte Telegram, des sources russes et syriennes ont confirmé qu’un accord est bien sur le point d’être conclu pour l’évacuation des combattants de Douma.

L’armée syrienne a prolongé de 48 heures l’ultimatum qui a expiré jeudi, afin de permettre aux négociateurs russes de finaliser les termes de l’arrangement. La demande de Jaïch al-Islam de rester à Douma après le déploiement dans la ville de la police militaire russe et la remise de l’armement lourd des rebelles a été écartée.

Damas et Moscou exigent le départ des combattants et des civils qui ne souhaitent pas signer ce qu’ils appellent une réconciliation, c’est-à-dire le désarmement complet et le retour des institutions de l’Etat et la police. L’armée, elle, se déploierait aux entrées de la ville.

Le problème réside dans la destination des combattants évacués, Idleb et Jarablous, sous influence turque, ou Raqqa, sous influence kurde et américaine.

En attendant, les troupes gouvernementales renforcent leurs positions autour de Douma, d’où sont sortis, ces cinq derniers jours, près de 30 mille civils.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.